POLITIQUE

Le ministre fédéral des Finances veut réexaminer sa situation

Bill Morneau a demandé une nouvelle rencontre à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique pour s'assurer qu'il ne contrevient à aucune règle.

17/10/2017 16:51 EDT | Actualisé 17/10/2017 16:55 EDT
Bloomberg via Getty Images

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a demandé une nouvelle rencontre à la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique pour s'assurer qu'il ne contrevient à aucune règle.

Dans une lettre envoyée mardi à Mary Dawson, celui qui est sur la sellette depuis quelques jours en raison de révélations médiatiques sur sa situation financière écrit qu'il souhaite obtenir un nouvel éclairage.

Car même s'il assure avoir «suivi à la lettre» les recommandations qu'elle avait précédemment formulées, le ministre note que celles-ci «ont récemment fait l'objet de diverses critiques de la part du public».

C'est pourquoi celui qui dirigeait la firme Morneau Shepell avant de faire le saut en politique demande à la commissaire Dawson «une nouvelle rencontre» afin de «solliciter d'autres conseils» et de discuter de ceux offerts précédemment.

«Si, à la lumière de cette discussion, vous déterminez que des mesures supplémentaires s'imposent, comme une fiducie sans droit de regard, c'est avec plaisir que je me conformerai à vos nouvelles recommandations», indique le grand argentier du pays.

La commissaire Mary Dawson a confirmé mardi qu'elle avait conclu que le ministre Morneau n'était pas tenu, en vertu de la Loi sur les conflits d'intérêts, de placer ses actifs dans une fiducie sans droit de regard.

«Je lui ai dit que ce n'était pas exigé», a-t-elle souligné en mêlée de presse à l'issue d'un témoignage devant un comité parlementaire.

Lorsqu'on lui a demandé si la Loi sur les conflits d'intérêts pourrait être resserrée, elle a répondu par l'affirmative. «Je pense que cela permettrait de ratisser plus large», a-t-elle dit en mêlée de presse.

Les députés de l'opposition ont encore fait leurs choux gras de cette affaire, mardi, lors de la période de questions en Chambre. Le ministre étant absent pour une seconde journée consécutive, c'est son secrétaire parlementaire Joël Lightbound qui s'est porté à sa défense.

VOIR AUSSI: