NOUVELLES

L'attentat en Somalie a fait plus de 300 morts

Un deuil de trois jours a été décrété.

15/10/2017 08:17 EDT | Actualisé 16/10/2017 07:29 EDT

Le bilan de l'attentat au camion piégé perpétré samedi à Mogadiscio, en Somalie, surpassait lundi les 300 morts, ce qui en fait l'attaque la plus meurtrière de l'histoire de ce pays de la corne de l'Afrique.

Un responsable des ambulanciers somaliens, le docteur Abdulkadir Adam, a révélé lundi matin que plusieurs blessés ont succombé à leurs blessures au cours des dernières heures. Le gouvernement a prévenu que le bilan risque de s'alourdir encore davantage.

Le docteur Adam a dit que 15 élèves d'une école primaire ont été tués. Les petites victimes se trouvaient apparemment à bord d'un autobus scolaire quand un camion piégé a explosé à proximité.

L'attentat de samedi a ciblé une rue bondée de la capitale. Quelque 300 autres personnes ont aussi été blessées.

L'attaque n'a toujours pas été revendiquée, mais le gouvernement somalien estime qu'elle est l'oeuvre du groupe extrémiste Al-Shaabbab, affilié à al-Qaida.

Plus de 70 personnes qui se trouvent dans un état critique ont été évacuées lundi vers la Turquie, au moment où l'aide internationale commence à arriver. En plus de la Turquie, le Kenya et l'Éthiopie ont offert d'envoyer des équipes médicales en réponse à ce que le gouvernement somalien a qualifié de "désastre national".

Le président Mohamed Abdullahi Mohamed a décrété un deuil de trois jours et s'est joint aux milliers de personnes ayant répondu aux appels aux dons de sang des hôpitaux.

Les hôpitaux peinent à venir en aide à des victimes ayant subi d'horribles blessures, parfois méconnaissables en raison de la gravité de leurs brûlures.

"Dans nos 10 ans d'expérience en tant que premier répondant à Mogadiscio, nous n'avons jamais vu quoi que ce soit comme ça", a écrit sur Twitter le service d'ambulance Aamin.

"L'hôpital est submergé par à la fois les morts et les blessés. Nous avons aussi reçu des gens dont les membres ont été sectionnés par la bombe. C'est vraiment effroyable, comme on ne l'a jamais vu avant", a déclaré le docteur Mohamed Yusuf, directeur de l'hôpital Medina.

La déflagration a fait sauter son portail en métal et les murs érigés à l'extérieur de l'établissement.

"Ils ne se soucient pas des vies des Somaliens, des mères, des pères, des enfants, a dénoncé le premier ministre Hassan Ali Khaire. Ils ont pris pour cible le secteur le plus populeux de Mogadiscio, tuant seulement des civils."