NOUVELLES

Raqa: les djihadistes syriens et étrangers de l'EI seront évacués

Le groupe État islamique est en passe de perdre ses derniers réduits dans cette ville du nord de la Syrie.

14/10/2017 13:48 EDT | Actualisé 14/10/2017 13:49 EDT
Rodi Said / Reuters
Des combattants des Forces démocratiques syriennes transportent leurs armes dans le village de Ghazila après avoir pris le contrôle de la ville des forces de l'État islamique, en février 2016.

Des djihadistes, syriens et étrangers, sont concernés par l'accord d'évacuation conclu pour Raqa, selon un responsable local, alors que le groupe État islamique (EI) est en passe de perdre ses derniers réduits dans cette ville du nord de la Syrie.

La coalition internationale emmenée par Washington, qui soutient les combattants antidjihadistes engagés dans la bataille, avait auparavant annoncé le départ d'un "convoi" de Raqa après un accord d'évacuation, sans évoquer le sort des djihadistes syriens et assurant que les combattants étrangers seraient exclus de l'accord.

Mais Omar Allouche, un haut responsable du Conseil civil de Raqa, a indiqué samedi à l'AFP que "les combattants étrangers faisaient partie de l'accord".

Le Conseil civil de Raqa est une administration locale mise en place par les combattants antidjihadistes kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) engagées à Raqa.

Il était responsable de mener les négociations, avec des notables tribaux, qui ont abouti à un accord d'évacuation.

"Le communiqué de la coalition dit quelque chose, mais la réalité est autre", a affirmé M. Allouche.

M. Allouche a également fait parvenir à l'AFP un communiqué rédigé par des notables tribaux annonçant que les FDS avaient donné leur accord pour "la sortie des combattants syriens".

Au total selon M. Allouche, jusqu'à 500 djihadistes, des Syriens et des étrangers, pourraient être encore retranchés dans Raqa. "Ils ont 400 otages, des femmes et des enfants, dans l'hôpital" de la ville où ils se trouvent.

VOIR AUSSI: