DIVERTISSEMENT

Pierre Lapointe: «L’amour gay ou hétéro, pour moi, c’est la même chose»

Le nouvel album de Pierre Lapointe, La science du cœur, est une lettre d’amour.

13/10/2017 18:07 EDT | Actualisé 13/10/2017 18:18 EDT
Audiogram

Le nouvel album de Pierre Lapointe, La science du cœur, est une lettre d'amour dans laquelle les sonorités contemporaines se mêlent à merveille avec des orchestrations classiques. En entrevue, l'artiste-poète évoque ses inspirations et tout le travail accompli sur ses plus récentes créations musicales qu'ils souhaitent éternelles.

L'arrivée d'internet n'aura pas seulement chamboulé nos habitudes de consommation, mais elle nous aura aussi éloignés d'un héritage que Pierre Lapointe fait resurgir dans une nouvelle proposition emplie de magnifiques trouvailles.

«Le but de cet album, co-réalisé par David François Moreau, a été de faire le lien entre une certaine tradition de la chanson française et la musique contemporaine, explique-t-il. Je voulais arriver à faire quelque chose d'actuel tout en rappelant le temps avant l'arrivée des téléphones et des réseaux sociaux qui nous déconcentre aujourd'hui constamment.»

À travers cette réflexion dénuée de nostalgie, jure l'auteur-compositeur et interprète, il y a aussi un retour assumé sur une certaine façon de faire le métier, plus proche de l'artisanat. «De nos jours, je crois qu'il y a plusieurs manières intéressantes de travailler la musique. Je suis obsédé par l'idée de créer une chanson qui ne vieillit pas ou qui vieillit bien. Les titres des années 1980, on les réécoute souvent avec un petit amusement, un peu au second degré.»

Audiogram

Une œuvre totale

Néanmoins, ce qui s'est fait durant les années 1960 est ce qui a vieilli le mieux, croit Pierre Lapointe. «Je pense à de grands artistes comme Charles Aznavour, Jacques Brel ou Léo Ferré. Leurs arrangements allaient se nourrir dans la musique classique. C'est d'ailleurs un peu ce que j'ai essayé de faire avec ce nouveau disque. J'ai mis de côté le synthétiseur. Il y a une réelle volonté de ma part de faire le pont avec le passé et le futur afin d'écrire de nouveaux classiques.»

Le disque, son contenu autant que sa forme, est une œuvre totale, une sorte d'objet non identifié puisant dans l'univers du chanteur porté par la pluridisciplinarité, la danse, la peinture ou le graphisme. «L'idée de base, c'est d'utiliser les codes du passé avec des codes contemporains, voir avant-gardistes comme l'Art déco, le Street art, le post-modernisme, le tout sans être vraiment datable. Par exemple sur la pochette, je porte un habit inspiré d'une combinaison moto des années trente. On a trafiqué les couleurs, je porte des espadrilles, ce qui ne se faisait pas à l'époque, et dans ma pause, je suis presque flottant dans l'espace.»

Le chanteur touche-à-tout – juré dans l'émission La Voix – se considère tel un artiste post-moderne qui «pige» ses influences un peu partout. «Je souhaite réussir à faire des mariages presque impossibles, mais qui au final deviennent harmonieux. J'ajoute une pincée de l'imagerie de Salvador Dalí, un décor design de Charles Eames, ou encore du Memphis ou du futurisme. C'est dans une zone grise intemporelle, hyper référencée et non identifiable que tout le disque s'est construit.»

Audiogram

L'amour!

Un septième album également mathématique doté de plusieurs formules. L'artiste est néanmoins resté dans l'acoustique afin de faire vivre à son auditeur une expérience instinctive qui parfois prend jusqu'aux trips. C'est sans doute pourquoi l'amour irradie toutes les pièces de cet opus. Une enfilade de sentiments romantiques que le dandy québécois explore avec originalité et finesse.

«Quel gros défi de réussir à aborder le thème de l'amour sous des angles nouveaux et contemporains, précise-t-il. Même si l'amour est un thème inépuisable, il peut facilement tomber dans les clichés parce qu'on a tellement parlé. Dans la chanson La science du cœur, je fais le portrait de quelqu'un qui ne veut pas se laisser aller en amour et qui se rattache pourtant à l'amour de sa grand-mère qui est probablement la seule personne qui l'a aimé.»

Une pléthore d'émotions qui vont du narcissisme (Sais-tu vraiment qui tu es) à l'amour comme véritable bouée de sauvetage (Qu'il est honteux d'être humain). Avec Mon prince charmant, Lapointe, engagé à la cause LGBT+, signe un magnifique hymne sur le désir homosexuel.

«L'amour gay ou hétéro, pour moi, c'est la même chose, rétorque-t-il. Je ne vois aucune différence. Je me pose les mêmes questions que mes amis de mon âge qu'ils ont des enfants ou pas, qu'ils soient célibataires ou pas, hétéros ou gays. Je trouve que c'est extrêmement réducteur de catégoriser les humains selon les sexes ou les orientations sexuelles. À la base, on est tous pareils. C'est pour cela que le thème de l'amour reste intéressant pour moi parce qu'il rejoint tout le monde sans exception.»

En touchant à des sujets aussi intimes, l'artiste inhibé se livre, mais pas trop. «J'accepte qu'il y ait une réelle confusion entre ma vraie personnalité, une certaine forme de fantasme et de la romance. Toutefois, je demeure très secret par rapport à ma vie personnelle. J'y tiens vraiment. Il y a des histoires qui parlent de moi, et d'autres qui sont le fruit de mes observations. Il reste que je ne dirais jamais les choses précisément, car au fond, j'aime que les gens se posent des questions.»

La science du cœur – Pierre Lapointe – Audiogram – Disponible depuis le 6 octobre.

1 - La science du cœur

2 - Qu'il est honteux d'être humain

3 - Sais-tu vraiment qui tu es

4 - Le retour d'un amour

5 - Mon prince charmant

6 - Comme un soleil

7 - Zopiclone

8 - Alphabet

9 - Naoshima

10 - Un cœur

11 - Une lettre