POLITIQUE

Projet pilote d’Uber : la CAQ demande un sursis d’un mois

Le nouveau ministre des Transports dispose de moins de 48 heures pour régler le problème.

12/10/2017 14:49 EDT | Actualisé 12/10/2017 14:49 EDT
LA PRESSE CANADIENNE

QUÉBEC – La Coalition avenir Québec interpelle le nouveau ministre des Transports, André Fortin, afin d'empêcher qu'Uber plie bagage pour de bon. La deuxième opposition propose de prolonger le projet pilote d'un mois pour éviter de prendre une décision « précipitée ».

« Philippe Couillard a présenté (mercredi) André Fortin comme un vent de jeunesse au PLQ. Il est confronté dès aujourd'hui à son premier test. Le geste à poser, c'est de prolonger le projet pilote le temps qu'il s'assoie avec l'ensemble de l'industrie », a fait savoir François Bonnardel, porte-parole de la CAQ en matière d'économie collaborative par voie de communiqué.

Dans moins de 48 heures, la compagnie décidera si elle quitte le Québec en raison des nouvelles conditions annoncées par l'ancien ministre Laurent Lessard. Uber s'oppose à l'augmentation des heures de formation qui seraient imposées à tous les chauffeurs et qui rendrait le recrutement plus difficile.

M. Fortin, un élu de l'Outaouais âgé de 35 ans, doit prouver qu'il incarne le « renouveau » en « défiant » le gouvernement sur l'économie de partage, poursuit M. Bonnardel.

« En 2017, on ne peut plus priver les consommateurs québécois d'un service moderne et efficace de covoiturage urbain. André Fortin lui-même est député d'une circonscription limitrophe avec Ottawa où Uber opère en toute légalité et sans obstacle, au bénéfice des consommateurs. Comment expliquera-t-il aux citoyens de son comté qu'Uber est toléré d'un côté de la rivière des Outaouais, mais pas de l'autre ? »

Fortin reste prudent

Le nouveau ministre est resté prudent sur le dossier Uber dans les heures qui ont suivi sa nomination aux Transports et ce, même si le temps s'écoule rapidement.

« C'est certain qu'on n'arrêtera pas des plateformes, que ce soit Uber ou la prochaine plateforme », a dit M. Fortin en entrevue avec l'animateur Pierre Bruneau à TVA, mercredi soir. M. Fortin a rappelé que General Motors travaillait déjà sur leur plateforme Lyft et s'apprêtait à faire son entrée dans le marché canadien.

Pour l'instant, le père de deux jeunes enfants insiste surtout sur l'importance de réduire les déplacements en voiture et en transport de commun afin d'aider à la conciliation travail-famille.

« Donc, on n'arrêtera jamais les nouvelles technologies. Mais ce qui m'intéresse, c'est [de voir quelle est] la façon la plus efficace d'améliorer la façon dont les Québécois et les Québécoises se déplacent [...] pour qu'ils puissent passer plus de temps en famille, plus de temps de qualité. »

VOIR AUSSI: