NOUVELLES

Immigrants professionnels sans emplois, des «tragédies humaines», dit Couillard

Le premier ministre réitère sa volonté d'améliorer le parcours d'intégration des professionnels formés à l'étranger.

12/10/2017 11:00 EDT | Actualisé 12/10/2017 11:00 EDT
Jacques Boissinot/PC

Les représentants des 46 ordres professionnels du Québec participent, jeudi, à une toute première rencontre sur l'accès aux professions et à l'emploi pour les immigrants formés à l'étranger.

Au Québec, l'écart entre le nombre de demandeurs d'une reconnaissance d'équivalence et le nombre de personnes qui obtiennent un permis d'exercice est estimé à 45 pour cent, selon les données du ministère de la Justice.

Trop souvent, les professionnels formés hors Québec qui s'installent dans la province deviennent des «tragédies humaines», a affirmé le premier ministre Philippe Couillard, qui participe également à l'évènement.

Il ne faut pas «sous-estimer l'importance de l'image» qu'offre la centaine d'intervenants assis autour d'une même table, a-t-il poursuivi. «Le message de l'image c'est: on va travailler ensemble.»

La rencontre a lieu dans un hôtel de Québec, au lendemain d'un important remaniement ministériel. Cinq ministres sont sur place.

Le gouvernement Couillard dit par ailleurs suivre le chemin tracé par l'ancien premier ministre Jean Charest, qui, en 2008, avait accéléré la reconnaissance des diplômes entre la France et le Québec.

Depuis, un comité interministériel cherche à améliorer le parcours d'intégration des professionnels formés à l'étranger.

Le projet de loi 98, adopté en juin, vise également à simplifier la mise à jour des compétences professionnelles. Il revoit la gouvernance des ordres professionnels et les règles d'admission aux différentes professions.

Un ombudsman, dont le rôle a été renforcé, est chargé de transmettre les doléances des immigrants qui s'estiment lésés aux ordres professionnels.

VOIR AUSSI: