NOUVELLES

Des moyens de pression déployés dans plus de 400 CPE

Elles décorent leur CPE «aux couleurs de leurs revendications».

12/10/2017 06:33 EDT | Actualisé 12/10/2017 06:33 EDT
Christopher Futcher

Environ 11 000 employés de plus de 400 centres de la petite enfance (CPE) sont en moyen de pression jeudi, dans toutes les régions du Québec.

Ces membres de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) souhaitent sensibiliser les parents, les employeurs et le ministère de la Famille au fait qu'ils sont sans convention collective depuis le 31 mars 2015.

«En décorant leur CPE, affirme Louise Labrie, membre du comité national de négociation des CPE à la FSSS-CSN, les travailleuses veulent que la partie patronale comprenne l'urgence d'obtenir rapidement un règlement satisfaisant de leur contrat de travail. Elles se battent ni plus ni moins pour maintenir la qualité des services offerts aux enfants et elles n'accepteront jamais de diminuer leurs conditions de travail qui y sont intimement liées.»

Il y a deux semaines, les travailleurs ont voté à 94 pour cent en faveur d'un arrêt de travail de six jours dont le moment reste toujours à déterminer.

Les questions non monétaires sont en grande partie réglées, mais les négociations achoppent toujours sur les salaires, le régime de retraite, les assurances collectives, le ratio enfants/éducatrice et la participation des travailleurs aux conseils d'administration et aux assemblées des CPE, entre autres.