BIEN-ÊTRE

Carla Bruni se confie sur son féminisme... et ses «rapports sexuels fantastiques» avec Sarkozy

«Aujourd'hui, il est encore plus important de se battre et d'être radical.»

11/10/2017 14:19 EDT | Actualisé 11/10/2017 14:24 EDT
WireImage

"Oui, je suis féministe, mais je ne le porte pas écrit sur un t-shirt." Cinq ans après avoir déclaré au magazine Elle qu'elle n'était "pas du tout une militante féministe" — puis s'être excusée d'une "phrase très maladroite", Carla Bruni revient sur ses engagements.

En promotion pour son nouvel album, French Touch, l'ancienne première dame se confie dans une interview accordée au site Refinery 29. Elle y détaille sa vision des luttes pour les droits des femmes, mais revient aussi sur sa vie de couple — et sa vie sexuelle — avec Nicolas Sarkozy.

Installée dans un restaurant new-Yorkais, à picorer les olives de sa salade maison, la chanteuse se souvient : "quand j'ai grandi dans les années 1970, il y avait une grande vague de féministes radicales. Pour moi, se décrire comme féministe revenait à assumer cette responsabilité".

"Aux États-Unis, les femmes ont encore le pouvoir d'inspirer toutes les autres"

"Je viens de cette époque où les femmes se battaient pour le droit à prendre la pilule, où ces femmes nous ont donné le droit de posséder son propre corps", précise-t-elle. Pourtant, malgré ces grandes avancées, l'ancienne mannequin reste inquiète des évolutions actuelles de la société. "De bien des façons, nos droits ont presque reculé."

"Aujourd'hui, il est encore plus important de se battre et d'être radical", assume Carla Bruni.

"Regardez la marche des femmes" aux États-Unis, s'exclame-t-elle. Le 21 janvier 2017, plusieurs centaines de milliers de femmes avaient convergé dans le centre de Washington D.C. pour protester contre l'investiture de Donald Trump, pour une manifestation historique. Même si Trump est resté à la Maison-Blanche, explique la chanteuse, "imaginez qu'il y ait une femme de Russie, d'Inde, de Chine ou d'un pays arabe, et qu'elle regarde les images de cette marche des femmes."

"Les États-Unis sont la plus grande démocratie au monde, alors même si tout n'y est pas parfait, les femmes y ont encore le pouvoir d'inspirer toutes les autres à travers le monde."

"Nous avons aussi des rapports sexuels fantastiques"

Au-delà de ces sensibilités féministes, l'ancienne première dame revient aussi sur sa vie personnelle, sa vie "égoïste" bousculée par la maternité. Mais aussi sur des détails plus intimes.

"Oui, je suis toujours attiré par mon homme, et j'imagine qu'il est toujours attiré par moi — je l'espère, après ces dix années", assume-t-elle dans un rire. Elle explique avoir trouvé un équilibre entre désir et amitié, condition nécessaire pour maintenir un mariage d'après la chanteuse.

Carla Bruni ne se contente pas de le dire. Elle en donne des exemples. Pour le versant amitié, alors qu'il était encore président, elle dînait avec lui le soir, chaque fois que son agenda le lui permettait. "Nous pouvions prendre un petit repas ensemble, et bavarder, parce que nous sommes amis." Pour le versant désir... "Nous avons aussi des rapports sexuels fantastiques."

La mannequin détaille ses astuces pour faire durer la passion au sein du couple: "quand il n'y a plus de mystère, c'est à ce moment que vous êtes tenté de tromper et de mentir, et puis tout s'arrête". Le désir doit malgré tout s'allier avec le confort de la vie en couple: "seuls, le feu et la passion mènent à la destruction".

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

L'évolution du style de Carla Bruni

LIRE AUSSI:
» Le message de soutien de Carla Bruni à Sarkozy
» Carla Bruni sans maquillage et au réveil sur Instagram
» Carla Bruni publie une photo adorable de sa fille Giulia sur Instagram