DIVERTISSEMENT

Ben Affleck prend position contre les gestes d'Harvey Weinstein, oublie les actions de son frère

«Nous devons soutenir ceux qui dénoncent, condamner ce type de comportement quand on le voit...»

10/10/2017 16:32 EDT | Actualisé 10/10/2017 16:33 EDT
Dylan Martinez / Reuters

Hier soir, Ben Affleck a publié une déclaration sur son compte Twitter, prenant position contre l'abus de pouvoir d'Harvey Weinstein. Dans son message, Affleck déplore le comportement de Weinstein et ses conséquences sur ses victimes. «Je suis triste et fâché qu'un homme pour qui j'ai travaillé eut utilisé sa position de pouvoir pour intimider, agresser sexuellement et manipuler plusieurs femmes pendant des décennies. Les allégations additionnelles d'agressions de ce matin m'ont rendues malade. C'est complètement inacceptable, et je ne sais pas quoi faire pour que ça n'arrive pas aux autres. Nous nous devons de nous améliorer pour aider nos soeurs, nos amies, nos collègues et nos filles. Nous devons soutenir ceux qui dénoncent, condamner ce type de comportement quand on le voit et aider à s'assurer qu'il y ait plus de femmes dans des positions de pouvoir» écrit-il.

Ceci dit, Affleck semble avoir oublié que son propre frère, l'acteur oscarisé Casey Affleck, a été accusé d'agressions sexuelles par le passé. En effet, selon Global News, en 2010, la productrice Amanda White et la directrice photo Magdalena Gorka ont poursuivi l'acteur pour chacune plus de deux millions $US. Les femmes ont raconté avoir été l'objet de comportements étranges et humiliants de la part d'Affleck. White a notamment raconté qu'Affleck appelait plusieurs femmes des «vaches», a engagé des prostituées «pour sa gratification personnelle» et la touchait de façon inappropriée alors qu'elle avait dit non.

Gorka, de son côté, a dit qu'elle a dû composer avec des commentaires sexuels et des avances de la part de l'équipe d'un film sur lequel elle travaillait, et que l'équipe en question était encouragée par Affleck.

Les deux poursuites ont été réglées hors cour. Puisqu'il y avait des obligations de confidentialité dans les deux cas, on n'en sait pas davantage sur les procédures légales et sur combien d'argent ont reçu les victimes.

Payer pour faire taire ses victimes et régler ses accusations d'agressions sexuelles avec des ententes de confidentialité? Ça ressemble étrangement au cas d'Harvey Weinstein.

Voilà pourquoi le cri du coeur de Ben Affleck sur Twitter a fait réagir... En effet, plusieurs journalistes ont condamné l'hypocrisie d'Affleck.

Jazmine Hughes, rédactrice adjointe au New York Times, a répondu au tweet d'Affleck: «Cool, maintenant, que se passe-t-il avec Casey?»

La journaliste canadienne Anne T. Donahue a écrit «J'ai vu beaucoup d'hommes s'excusant pour d'autres hommes dans les derniers jours. Vous n'avez pas besoin de le faire. Vous devez agir quand vous voyez des choses se passer.»

L'animatrice Bevy Smith a aussi condamné l'hypocrisie d'Affleck. «Pendant ce temps, son frère Casey Affleck a réglé des cas hors cour avec DEUX femmes qui l'avaient accusé d'agression sexuelle au travail.»

Si Ben Affleck a sûrement voulu bien faire, ça n'a pas été bien perçu par le public. Il apprendra peut-être à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de tweeter...

À voir également :