DIVERTISSEMENT

«La vraie nature»: au chalet comme chez le psy

Les invités se racontent dans cette nouvelle production diffusée à TVA, y allant de confidences souvent très intimes.

08/10/2017 14:55 EDT | Actualisé 08/10/2017 14:55 EDT

Jean-Philippe Dion invite trois personnalités d'horizons variés à passer 24 heures avec lui dans un chalet de Lac-Brome. Au programme : activités de plein air, préparation d'un festin, veillée autour du feu et petit-déjeuner-bilan. À la canne à pêche comme aux fourneaux, les invités se racontent, y allant de confidences souvent intimes. Très, très intimes.

Ainsi, dans le premier épisode de La vraie nature, que TVA diffuse ce dimanche, 8 octobre, à 21 h (juste après La voix junior), avant même le premier arrêt publicitaire, Mario Pelchat deviendra émotif en évoquant la maladie de sa maman et Mariana Mazza éclatera en sanglots en parlant de son père absent et de ses relations difficiles avec les hommes. «Le père manquant te chie une vie», vociférera-t-elle, dans un état de vulnérabilité totale.

Plus tard, c'est Étienne Boulay qui nous broiera le cœur, en revenant pour une rare fois sur sa tentative de suicide et la bataille juridique livrée contre son ex-conjointe pour la reconnaissance de la paternité de son fils. Premières expériences sexuelles, finances, frasques de jeunesse : aucun sujet n'est trop sensible dans ce paisible cocon des Cantons de l'Est.

«C'a été comme une thérapie», constatera Mario Pelchat à la fin de son séjour, sans qu'on puisse le contredire.

On ouvre donc les vannes à fond dans La vraie nature, et aucune révélation ne semble trop délicate ou taboue à l'intérieur des murs de la résidence d'été de Jean-Philippe Dion. Certains éprouveront une pudeur devant ces épanchements dignes d'un cabinet de psychologue, ou jugeront que ceux-ci vont trop loin, alors que d'autres, au contraire, seront ébranlés par tant de vérité.

Quoi qu'il en soit, il émane beaucoup de respect des entrevues menées avec retenue et sobriété par un Jean-Philippe Dion à l'oreille attentive, dans cette production léchée et soigneusement conçue. Hôte irréprochable qui sert le café et dirige les conversations, Dion n'en fait jamais trop, tout en sachant susciter la confession.

«Ce sont de vraies émotions, plaide ce dernier. C'est la beauté de la vie : c'est juste vrai. Pour moi, ce n'est pas problématique. Dans cette émission-là, oui, on pleure, mais on rit aussi, on a du plaisir. Moi, ce que je veux, c'est de faire vivre des émotions aux téléspectateurs, au même rythme que les invités les vivent.»

L'animateur et producteur exécutif (pour Productions Déferlantes) de La vraie nature se défend bien de vouloir à tout prix arracher larmes et souvenirs douloureux à ses convives, arguant que lui ne fait que poser les questions. Ses interlocuteurs sont ensuite libres d'y répondre à leur guise.

«C'est des échanges, des discussions, comme on en a dans la «vraie vie», avec des amis. Les liens qu'on tisse, pour moi, ce sont de vrais liens. On se le dit chaque fois : ce qu'on a vécu est unique, particulier.»

Des liens à créer

La vraie nature est l'adaptation d'un format français, La parenthèse inattendue. Quelque 80 épisodes de la proposition originale ont été diffusés sur France 2 en deux ans, il y a quelques années. L'idée a aussi été adoptée en Allemagne, est en cours de transposition en Scandinavie, et Oprah Winfrey en a acquis les droits pour offrir sa relecture américaine.

C'est Bertrand Exertier, un recherchiste qui travaillait avec Jean-Philippe Dion dans les coulisses d'Accès illimité, qui a informé ce dernier de l'existence du concept. Après quelques visionnements, au printemps, Dion était déjà convaincu et manifestait à TVA son intérêt à importer la formule de Parenthèse inattendue. Le processus s'est ensuite enclenché très rapidement.

#LaVraieNature = le #bonheur! 🛶

Une publication partagée par La vraie nature (@lavraienature) le

Début juin, ses collègues de Productions Déferlantes et lui-même dénichaient et achetaient le chalet qui leur servirait de lieu de tournage, après avoir visité une trentaine d'habitations du genre dans les environs de Montréal. Un heureux hasard, puisque Jean-Philippe Dion, qui a grandi à Saint-Alphonse-de-Granby, a passé beaucoup de temps, petit, chez ses grands-parents, tout près du Lac Brome.

On a rénové et aménagé la cabane, et les échanges de Mariana Mazza, Étienne Boulay et Mario Pelchat, qu'on verra ce soir, ont été les premiers à être filmés, le 14 août. En date d'aujourd'hui, il reste encore quatre rencontres à mettre en boîte. L'équipe de La vraie nature a donc bénéficié de seulement deux mois pour fignoler le contenu de l'émission, contacter les invités, monter les dossiers de recherche et planifier les tournages.

Les invités de La vraie nature doivent traverser le lac à la barque pour accéder au havre de paix qui leur est réservé pour une journée. Ce n'est qu'une fois arrivés sur le site qu'ils apprennent qui seront leurs colocataires le temps de cette expérience. Jean-Philippe Dion le jure : les artistes, politiciens, sportifs, chefs cuisiniers et autres designers ignorent totalement avec qui ils partageront leur temps et leur espace.

«On n'a pas cherché à faire des trios avec des liens, du genre «ils ont tous perdu leur enfant», indique Jean-Philippe Dion. Ce n'est pas ça. Y'a du monde à messe le fait et c'est leur concept, mais nous, on y est vraiment allés avec des gens qui peuvent avoir de la chimie, qui peuvent s'amuser et avoir du fun ensemble pendant 24 heures. Des gens de générations différentes et de milieux différents, pour avoir des perspectives différentes. On découvre rapidement que les liens entre eux ne sont pas sur papier ; ils se tissent au fur et à mesure que le séjour avance.»

Les artisans de La vraie nature présentent leur œuvre comme une série documentaire, laquelle met en relief le cheminement des personnalités à l'honneur. Celles-ci sont donc avisées du type d'entretiens auxquels elles s'adonneront une fois la caméra allumée. Alors, pas de choc en vue lorsque Jean-Philippe Dion abordera des sujets fragiles.

«On a une recherche approfondie, soutenue. Ils font une heure et plus de préentrevue avant d'enregistrer l'émission, pour qu'on puisse vraiment aller cibler les moments importants de leur vie. Ils savent que ce qu'on fait, c'est qu'on raconte leur parcours, de l'enfance à l'âge adulte, jusqu'aux plus grands moments marquants de leur carrière. On cherche à comprendre d'où ils viennent pour comprendre où ils s'en vont, et comment ils ont fait pour réaliser ça, et ce qui les prédestinait, aussi, à exercer leur métier à partir de l'enfance», explique Jean-Philippe Dion, qui insiste également sur le fait que tous les épisodes de La vraie nature sont différents les uns des autres.

«Des fois, la rencontre est très surprenante sur le bout du quai. Denise Bombardier ne savait pas qui était Phil Roy ; elle a cru que c'était un assistant de production et lui a donné sa valise! Et, à la fin des 24 heures, ils ont échangé leur numéro de téléphone parce qu'ils voulaient se revoir. C'est toujours complètement différent. Michèle Richard a provoqué une réaction complètement estomaquée chez François Bellefeuille et Charles Lafortune, au deuxième épisode, puis le lendemain matin, François lui a dit combien il avait eu du fun avec elle. Les émotions ne sont jamais les mêmes.»

Et pas question de «piéger» les gens, de chercher à régler de vieilles querelles ou de rendre quiconque inconfortable avec des questions blessantes.

«Moi, mon travail, c'est que les gens se sentent bien, qu'ils se sentent en sécurité. Ils sont tous hyper généreux, et moi, je suis un grand frère pour eux. Je ne voudrais pas qu'au final, ils regrettent ce qu'ils ont dit ou sentent que je les ai abandonnés», décrète Jean-Philippe Dion.

Les mélomanes remarqueront certainement la chanson qui accompagne les derniers instants de la première édition de La vraie nature, ce soir. Il s'agit de la pièce Au-delà des mots, de Beyries, dont les paroles sont signées Maxime LeFlaguais, composée expressément pour l'émission. L'air sera bientôt disponible pour téléchargement.

La vraie nature, le dimanche, à 21 h, à TVA, dès ce soir, 8 octobre. 6 épisodes seront présentés cet automne, et six autres après les Fêtes. En ce qui concerne Conversation secrète, les tête-à-tête de Paul Arcand seront insérés dans la grille de TVA d'ici la fin de l'année, au gré de l'actualité.

Les invités de La vraie nature

8 octobre : Mariana Mazza, Mario Pelchat et Étienne Boulay

15 octobre : François Bellefeuile, Michèle Richard et Charles Lafortune

22 octobre : Denis Bouchard, Phil Roy et Denise Bombardier

29 octobre : Lise Dion, Maripier Morin et Steve Bégin

5 novembre : Dave Morissette, Katherine Levac et Jérôme Ferrer

12 novembre : Marie-Ève Janvier, Jean-François Mercier et Alexandre Taillefer