NOUVELLES

Enquête sur les femmes autochtones disparues: deux nouvelles démissions

L'annonce intervient un jour après que l'Enquête ait nommé une nouvelle directrice générale.

08/10/2017 13:30 EDT | Actualisé 08/10/2017 13:30 EDT
DARRYL DYCK/PC
La commissaire en chef de la commission Marion Buller

L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées fait encore face à une réorganisation.

La commissaire en chef Marion Buller a annoncé samedi que la directrice à la recherche de l'enquête, Aimé Craft, quittera son poste le mois prochain et que l'avocate principale auprès de la commission, Susan Vella, avait également annoncé sa démission.

L'annonce intervient un jour après que l'Enquête ait nommé une nouvelle directrice générale.

Marion Buller a annoncé vendredi soir que l'ancienne conseillère de l'Assemblée des Premières Nations, Debbie Reid, était la nouvelle directrice.

Debbie Reid est originaire de la Première nation Skownan, au Manitoba.

Elle a été conseillère spéciale auprès de l'ancien chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine, et elle a également travaillé pour le gouvernement fédéral.

L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées s'est fait critiquer récemment, notamment par des familles de victimes qui affirmaient qu'elles n'avaient pas suffisamment été consultées au sujet de la structure de l'enquête.

L'une des commissaires de l'enquête et l'ancienne directrice générale avaient démissionné dans la foulée de ces critiques.

Certaines personnes concernées ont demandé à ce qu'il y ait un remaniement plus profond, un chef éminent des Premières nations du Manitoba a même demandé la démission de Marion Buller.

Le gouvernement fédéral a accordé à l'Enquête un budget d'environ 53,8 millions de dollars tout en fixant une date limite prévue pour l'automne 2018.