POLITIQUE

Le PQ n'a pas toujours été contre le projet Énergie Est, comme le clame Lisée

Le parti a soufflé le chaud et le froid pendant le règne de l'ancien chef Pierre Karl Péladeau.

05/10/2017 10:58 EDT | Actualisé 05/10/2017 10:59 EDT
Jacques Boissinot/PC

Le Parti québécois (PQ) n'a pas toujours été clairement contre le projet Énergie Est de TransCanada, comme le clame à présent son chef, Jean-François Lisée.

Réagissant à l'abandon du projet d'oléoduc par l'entreprise albertaine jeudi matin, M. Lisée a affirmé qu'il s'agissait d'une «victoire du Parti québécois» parce que le parti s'était opposé «depuis le début, très clairement» au projet.

Or, le PQ a soufflé le chaud et le froid pendant le règne de l'ancien chef Pierre Karl Péladeau, en 2015-2016.

M. Péladeau s'est abstenu de dire, pendant plusieurs mois, s'il était pour ou contre le projet. Il s'est contenté de répéter que son opinion n'était pas importante puisque le projet était soumis à la juridiction fédérale.

En juin 2015, alors que deux de ses députés dénonçaient le projet de TransCanada haut et fort sur la place publique, M. Péladeau refusait d'aller aussi loin qu'eux.

Il a mis en garde contre les simplifications dans ce dossier. «Toujours simplifier comme ça, je pense que, parce que c'est une situation complexe, la situation des hydrocarbures au Québec», a-t-il dit, avant de corriger le tir et de se rallier à ses députés.

Le député Amir Khadir, de Québec solidaire, avait alors félicité M. Péladeau d'avoir entendu «la voix de la raison» en exprimant son opposition au projet de TransCanada.

«C'est un revirement de situation qui est bénéfique pour le Québec, avait-il déclaré. Je ne peux pas faire autrement que de saluer cette capacité qu'ont, j'imagine, les militants du PQ, à convaincre leur chef qu'il fallait cesser la confusion autour de cet enjeu.»

Le projet d'oléoduc de 4600 km devait transporter du pétrole de l'Alberta et de la Saskatchewan vers les raffineries et terminaux portuaires de l'Est du Canada. Il était prévu qu'il traverse plus de 700 cours d'eau sur le territoire québécois.

VOIR AUSSI: