POLITIQUE

Ce que vous devez savoir sur la possible fusion QS-ON

Qu'adviendra-t-il de Sol Zanetti?

05/10/2017 17:24 EDT | Actualisé 05/10/2017 17:32 EDT

QUÉBEC – Québec solidaire (QS) et Option nationale (ON) ont dévoilé une entente de principe qu'ils qualifient d'« historique » en vue d'une fusion entre les deux partis.

Dans les faits, qu'est-ce que cette fusion implique? Quel sera le rôle du chef oniste Sol Zanetti? Est-ce qu'un nouveau parti requiert un nouveau nom? À quel moment les membres devront-ils voter sur cette fusion?

Voici les grandes lignes de ce document dévoilé jeudi.

Le nom restera « Québec solidaire »

Non, il n'est pas question de changer le nom du nouveau parti « unifié » pour « Option solidaire » ou « Québec national ». Québec solidaire existera toujours, mais une « nouvelle identité visuelle » sera dévoilée pour bien marquer le coup.

Option nationale, de son côté, deviendra un « collectif » au sein de QS et le chef actuel, Sol Zanetti, sera un « ambassadeur important » pour promouvoir l'indépendance du Québec. Les fonds d'ON financeront d'ailleurs des initiatives comme l'« université » sur l'indépendance prévue au printemps 2018.

Sol Zanetti sera candidat de QS en 2018

The Canadian Press Images

Il est déjà prévu que l'actuel chef d'ON se présente dans une circonscription de choix sous la bannière de QS aux prochaines élections générales. Mais laquelle? M. Zanetti n'a pas voulu spéculer s'il sera candidat dans la région de Québec, où il réside, ou parachuté à Montréal, où QS a plus de chances de faire des gains. « Aucun scénario n'est écarté », a-t-il dit.

Outre M. Zanetti, les porte-parole Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois appuieront deux autres candidatures à l'investiture de membres provenant d'ON – dont au moins une femme.

Oui aux négos avec le OUI Québec

Le nouveau parti compte « honorer » son engagement de poursuivre les discussions autour de la table avec les OUI Québec (Organisations unies pour l'indépendance) et ce, après qu'elles aient été mises sur la glace.

QS avait renié sa signature au bas d'une entente de principe sur le mode d'accession à la souveraineté, au terme de négociations avec des représentants du Parti québécois, du Bloc québécois et d'ON. L'entente avait été gardée secrète à la demande de QS, pour ne pas nuire, disait-on, au débat sur l'alliance électorale avec le PQ.

Après que l'affaire ait éclaté au grand jour, la présidente du OUI Québec, Claudette Charbonneau, avait jugé bon de suspendre les négociations, le temps que les acteurs se fassent « minimalement confiance ».

Deux mots : assemblée constituante

QS et ON s'entendaient déjà sur « la nécessité d'enclencher un processus d'indépendance dès le premier mandat et sur le fait de le faire par une assemblée constituante », fait valoir Gabriel Nadeau-Dubois. Il ne restait plus qu'à négocier les modalités.

Les deux partis souhaitent que cette assemblée constituante, qui serait élue parallèlement à l'Assemblée nationale, rédige une constitution qui serait ensuite validée par référendum. Ils sont aussi d'accord pour que cela se fasse dans un premier mandat solidaire.

Ça passe ou ça casse en décembre

LA PRESSE CANADIENNE

L'entente de principe pour une fusion sera soumise telle quelle aux membres d'ON et de QS lors de congrès au mois de décembre. Si un débat aura lieu, Gabriel Nadeau-Dubois précise qu'aucun amendement ne sera possible avant le vote. En gros, c'est à prendre ou à laisser.

« 100% des membres des deux partis ne seront pas d'accord. Ça, je peux vous le promettre, a précisé le porte-parole. Ceci étant dit, les deux directions politiques vont faire une recommandation claire et enthousiaste d'adopter l'entente de principe. »

Si l'entente est rejetée, Sol Zanetti dit qu'il restera à la tête de sa formation politique. « Bien sûr. Ce n'est pas un "Renérendum" », a-t-il dit, en référence à un référendum interne du PQ en 1982 dont l'ex-premier ministre René Lévesque ne s'est jamais vraiment remis.

Entente de principe QS-ON by Le Huffington Post Québec on Scribd