POLITIQUE

Une manifestation chaotique interrompt le conseil municipal de Laval

L'opposition s'est insurgée de la décision de reporter la séance du conseil.

04/10/2017 06:17 EDT | Actualisé 04/10/2017 06:19 EDT
Action Laval

Les cols bleus de Laval ont forcé le report de la séance du conseil municipal de Laval qui devait se tenir hier. C'était la dernière séance publique du conseil avant les élections du 5 novembre.

Les manifestants, environ 700 selon TVA Nouvelles, auraient bloqué l'accès à l'hôtel de ville avant le début de la période de questions du public. Le maire, Marc Demers, a décidé de reporter le tout à mercredi.

«Ces événements briment la démocratie, déplore M. Demers sur sa page Facebook. Nous reconnaissons la liberté d'expression de nos syndiqués, et leur droit de manifester. Cependant, les Lavallois ont quant à eux le droit de participer au Conseil municipal de leur Ville et ce, dans des conditions fonctionnelles ce qui n'était malheureusement pas le cas ce soir.»

M. Demers souligne que la Ville et les cols bleus se trouvent devant un médiateur dans le cadre de la renégociation de leur convention collective, échue depuis 2016.

L'opposition s'est insurgée de la décision de reporter la séance du conseil.

«Marc Demers a perdu le contrôle de l'hôtel de ville et n'est plus digne de la confiance des Lavallois. Ce soir Marc Demers a dissous le conseil municipal sans le vote des conseillers. Une entrave grave à la démocratie qui termine très mal ce premier mandat», affirme le chef de Parti Laval, Michel Trottier.

«Il utilise ce prétexte. C'est antidémocratique. Ce report du conseil à demain va empêcher de nombreux citoyens de poser des questions sur des dossiers importants», ajoute le chef d'Action Laval, Jean-Claude Gobé.

M. Gobé, qui est parti à la rencontre des manifestants, estime que le maire doit porter le blâme pour cette manifestation.

«Il avait promis des choses aux cols bleu avant les élections, et une fois de retour à table des négociations, il est revenu sur sa parole. Aujourd'hui, les employés ont raison de manifester», affirme-t-il.

Selon les informations disponibles mardi soir, les manifestants auraient traversé une barrière policière, mais ne seraient pas entrés dans la salle du conseil. C'est le bruit de la manifestation qui aurait convaincu le maire de reporter la séance.