NOUVELLES

Une femme est tuée et un policier blessé dans une fusillade à Salaberry-de-Valleyfield

Les policiers répondaient à un appel d'urgence.

04/10/2017 06:10 EDT | Actualisé 04/10/2017 14:21 EDT
La Presse canadienne

Une femme a perdu la vie et un policier de la Sûreté du Québec (SQ) a été blessé dans une fusillade survenue à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, dans la nuit de mardi à mercredi.

En réponse à un appel téléphonique logé mardi vers 21h30 à la centrale 911, deux policiers se sont rendus à une résidence de la rue du Sentier, dans le secteur Grande-Île.

À leur arrivée, des coups de feu ont été tirés de la maison et l'un des agents a été atteint. Il a été grièvement blessé et transporté à l'hôpital, où son état était jugé stable en fin de nuit, mercredi.

"C'est un policier du détachement à Salaberry-de-Valleyfield, a précisé le sergent Daniel Thibaudeau, mercredi matin. Il a été au bloc opératoire pendant la nuit et je peux vous dire que, maintenant, il se porte mieux."

Le tireur s'est terré dans la maison, un large déploiement policier s'est organisé et des résidences du voisinage ont été évacuées. Vers 2h00, des policiers de l'escouade tactique d'intervention de la SQ sont entrés dans la maison du suspect.

Ils ont alors trouvé le corps inerte d'une dame âgée dans la soixantaine, dont le décès a été confirmé un peu plus tard, à l'hôpital. Il s'agit de Johanne Chayer, qui était âgée de 65 ans.

Ils ont aussi trouvé un homme de 72 ans grièvement blessé par balle, mais conscient. Il a lui aussi été transporté à l'hôpital, où il a été placé sous surveillance policière.

Un drame conjugal

"Cet homme est considéré comme un suspect d'homicide et il sera interrogé par nos enquêteurs lorsque son état le permettra", a indiqué le sergent Thibaudeau.

L'affaire est considérée comme un drame conjugal, a-t-il précisé.

Personne d'autre n'a été blessé pendant l'opération.

Le sergent Thibaudeau a ajouté qu'il était encore trop tôt pour dire à quel moment l'homme pourrait être inculpé et que ce sera au Directeur des poursuites criminelles et pénales d'évaluer l'ensemble du dossier pour déterminer la nature des accusations.

"L'enquête est encore dans ses débuts, on a beaucoup de gens à rencontrer y compris notre policier, mais on s'entend que la chose la plus primordiale dans tout ça est son état de santé", a souligné le sergent.

"Il a un long chemin de rétablissement devant lui et nos enquêteurs ont une longue journée devant eux pour remonter la séquence des événements pour établir exactement ce qui a pu se produire."