POLITIQUE

Québec ne se contentera pas seulement de la moitié

Carlos Leitao veut une plus grande part de la taxe d'accise sur le cannabis.

04/10/2017 17:37 EDT | Actualisé 04/10/2017 17:37 EDT
Blair Gable / Reuters

QUÉBEC – Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a bien l'intention de récupérer une plus grande part du gâteau de la taxe d'accise prévue sur la vente de cannabis.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé mardi, après sa rencontre avec ses homologues des provinces et des territoires, que les revenus de la taxe d'accise seraient partagés de moitié avec le fédéral.

Mais cette proposition n'enchante pas les provinces, qui assumeront la plupart des coûts de santé et de sécurité publique associés à la mise en marché de cette drogue.

« Tout le monde, incluant le fédéral, réalise que la légalisation du cannabis va impliquer des coûts pour les provinces, a dit M. Leitao. Nous devons mettre en place un système de distribution et de prévention à nos frais. Nous devons donc obtenir les revenus nécessaires. »

Ottawa prévoit imposer une taxe d'un dollar sur les grammes de cannabis vendus à moins de 10$. Au-delà de ce prix, la taxe serait de 10% du prix du gramme.

Le ministre des Finances du Québec précise que « les provinces sont très bien alignées » sur la nécessité d'avoir plus que la moitié des revenus. « Quelle sera la formule choisie au final? Je ne pourrais pas vous dire parce que le processus de négociations commence. »

L'objectif est de trouver un compromis d'ici décembre, au moment de la prochaine rencontre fédérale-provinciale des ministres des Finances. M. Leitao est toutefois certain d'une chose : « Nous savons tous que ce ne sera pas [50-50] au final. »

Bill Blair, qui est secrétaire parlementaire des ministres fédérales de la Justice et de la Santé, a précisé que c'était une proposition de travail et que les négociations suivraient leur cours en bonne et due forme.

« Le gouvernement a été très clair que nous avons mis de l'avant un papier de discussion avec une taxe d'accise proposée et un partage de moitié entre les provinces et le gouvernement fédéral. Cette discussion va maintenant se poursuivre entre les ministres des Finances. »

VOIR AUSSI: