POLITIQUE

Consultation sur le racisme: Couillard accepte de revoir la formule

«On a entendu le message. Il n'est pas question de faire le procès de qui que ce soit»

04/10/2017 11:01 EDT | Actualisé 04/10/2017 11:02 EDT
Stephane Mahe / Reuters

De guerre lasse, le premier ministre Philippe Couillard accepte finalement de revoir la formule choisie pour analyser le phénomène du racisme systémique au Québec.

Jusqu'à maintenant, malgré les critiques, M. Couillard a toujours refusé de remettre en question le processus de consultation commandé par son gouvernement et entamé il y a quelques jours.

D'abord dénoncé par les partis d'opposition, la CAQ et le PQ, qui y voyaient une forme injuste de procès des Québécois, ce projet de consultation a aussi ses détracteurs au sein même du caucus libéral.

Mardi, deux députés libéraux, Michel Matte et Patrick Huot, s'interrogeaient publiquement à savoir dans quelle mesure cette consultation avait pu jouer un rôle dans la défaite cuisante du PLQ dans la circonscription de Louis-Hébert. Ils disaient estimer que les électeurs n'aimaient pas l'idée de passer pour des racistes.

La consultation, qui prévoit un forum sur le sujet en novembre, est organisée par la Commission des droits de la personne et chapeautée par le ministère de l'Immigration.

«On a entendu le message. Il n'est pas question de faire le procès de qui que ce soit», a dit le premier ministre Couillard, d'entrée de jeu, lors d'une mêlée de presse mercredi matin, en marge d'une rencontre avec son caucus.

«On va bien réfléchir ensemble à la façon d'aller aux résultats», a-t-il ajouté, s'engageant à ramener la consultation «dans la bonne direction».

Il n'a cependant pas dit de quelle façon et n'a pas évoqué l'idée d'annuler carrément la consultation controversée.

La pertinence de l'objectif poursuivi n'est cependant pas remise en cause, a précisé le premier ministre.

Voir aussi: