NOUVELLES

Au marathon de Bruxelles, le gagnant remporte 1000€, la gagnante... 300€!

Face à la polémique, le principal commanditaire a finalement accordé les mêmes primes aux deux vainqueurs

03/10/2017 07:26 EDT | Actualisé 03/10/2017 07:26 EDT
Twitter @Chris_Trends

Une sportive fournit-elle trois fois moins d'efforts qu'un sportif? C'est en tout cas ce que laissaient entendre les primes accordées aux vainqueurs du marathon de Bruxelles qui se déroulait ce dimanche 1er octobre.

Vainqueur de la course de 42 kilomètres, le Kenyan Stephen Kiplagat s'est vu remettre un chèque de 1000€ (environ 1 470 $CAN). La Belge Christelle Lemaire, qui a remporté l'épreuve des femmes, a elle remporté 300€ (environ 440 $CAN). Superposées, les photos des podiums masculins et féminins, avec les différences de prix, ont causé une polémique en Belgique et sont devenues le symbole des inégalités salariales entre femmes et hommes.

La discrimination touchait aussi les deux autres sportives montées sur le podium. Deuxième, Annelore Salens a remporté 150€, et Pilar Mahamud Isidro quelques 75€ pour ses trois heures et 21 minutes de course. Les deuxième et troisième de la course masculine avait eux gagné respectivement 500€ et 300€. La vainqueure et la deuxième touchaient ainsi trois fois moins que les athlètes masculins, la troisième, quatre fois moins.

La secrétaire d'État bruxelloise à l'Égalité des chances, Bianca Debaets, a réagi à la polémique dans un communiqué, condamnant ces différences de prix. Elle se disait ainsi surprise de cet écart: "pourtant, Christelle Lemaire a couru la même distance". "Dans aucun autre secteur, les différences de revenus entre hommes et femmes ne sont aussi prononcées que dans certains sports", poursuivait-elle.

Commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l'Égalité des genres, Věra Jourová a elle aussi réagi, sur Twitter.

"Ont-ils un peu de logique? Un prix de 1000€ pour la vainqueur du marathon de Bruxelles. Si c'est une femme, pas de chance, seulement 300€"

Interpellé sur Twitter, la banque et assurance Belfius, commanditaire principal de la course, a finalement décidé d'accorder les mêmes prix pour cette édition et les suivante.

Dans un communiqué publié par le site belge de RTL, le commanditaire tentait de justifier la différence initiale: "afin de faire de l'unique marathon dans notre capitale un grand rendez-vous sportif, plusieurs ténors internationaux ont été attirés depuis quelques années chez les messieurs. Ceci ne peut se réaliser qu'en proposant un prize money plus intéressant que lors d'une épreuve amateur. [...] Chez les femmes, la présence d'athlètes de référence au niveau international n'était pas représentée, ce qui explique que le prize money se situait au niveau d'autres épreuves où participent les (meilleurs) amateurs."

Peut-être que la compagnie n'avait pas pensé à attirer des sportives professionnelles.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

Voir aussi: