POLITIQUE

La vague caquiste déferle sur Louis-Hébert

Geneviève Guilbault a récolté 51% des voix dans le château fort libéral.

02/10/2017 21:22 EDT | Actualisé 03/10/2017 00:14 EDT

QUÉBEC – Un vent de changement a soufflé dans Louis-Hébert. La caquiste Geneviève Guilbault a été élue avec un peu plus de 51% des voix dans le château fort libéral détenu jusqu'à tout récemment par l'ex-ministre Sam Hamad.

La CAQ a trôné en tête dès l'annonce des premiers résultats, avec le Parti libéral du Québec et le Parti québécois qui se disputaient la deuxième place. La candidate libérale, Ihssane El Ghernati, a dû se contenter de 18,71% des voix alors que le candidat péquiste Normand Beauregard a récolté 16,26% des voix.

Le chef de la CAQ, François Legault, était galvanisé par la victoire de sa candidate dans Louis-Hébert. Les résultats étaient « au-delà des espérances », de son propre aveu. « Il y a un vent de changement qui souffle partout au Québec », a-t-il déclaré dans son discours en fin de soirée.

« Les électeurs aujourd'hui dans Louis-Hébert ont envoyé un message cinglant [au premier ministre] Philippe Couillard. En même temps, ils ont envoyé un message à tout le Québec. Imaginez-vous : si c'est possible de prendre Louis-Hébert, c'est possible de prendre tous les comtés au Québec! »

Mme Guilbault, 34 ans, s'est fait connaître comme directrice des communications du Bureau du coroner avant de se lancer en politique. Elle a notamment été porte-parole pour l'organisme lors des tragédies de Lac-Mégantic, de l'Isle-Verte et après l'attentat de Québec.

D'abord présentée comme candidate dans Charlesbourg aux prochaines élections générales, elle a été dépêchée dans Louis-Hébert après le retrait du candidat Normand Sauvageau, qui avait été accusé de harcèlement en milieu de travail.

Mme Guilbault a été décrite comme une importante prise pour la CAQ par le chef François Legault. Elle aura une place de choix dans le cabinet fantôme de la deuxième opposition, a confirmé une source caquiste.

« On est en 2017 »

Mais la campagne n'a pas été de tout repos pour la nouvelle députée. Mme Guilbault a dû se défendre d'avoir travaillé comme attachée de presse pour Jacques Dupuis, ex-ministre libéral de la Sécurité publique.

Qui plus est, même si on est en 2017, certains ont soulevé des doutes sur la présence de la future maman à l'Assemblée nationale. Mme Guilbault donnera naissance à son premier enfant en décembre. Elle prévoit écourter son congé de maternité afin de pouvoir siéger en Chambre.

Dans son allocution, la nouvelle députée a non seulement remercié les électeurs de lui avoir fait confiance, mais également toute l'équipe caquiste, les bénévoles et « l'homme » - son conjoint qui prendra un congé de paternité pour s'occuper de l'enfant à venir.

« On est en 2017. Tout est possible pour les femmes et je pense que les électeurs de Louis-Hébert sont assez d'accord », a-t-elle affirmé, en reprenant une phrase bien connue du premier ministre canadien Justin Trudeau.

M. Legault, lui, entrevoit déjà un gouvernement caquiste dans moins d'un an. Il maintient que les électeurs sont « tannés d'un gouvernement usé » qui règne sur le Québec depuis près de 15 ans sans interruption.

« Ce soir, on peut fêter un petit peu, mais demain matin, on doit se retrousser les manches pour être capables de répondre aux attentes des Québécois. On a besoin de travailler fort pour faire souffler encore plus fort, encore plus loin, ce vent de changement au Québec. »

Le taux de participation dans Louis-Hébert était de 52,43 %.