POLITIQUE

Coalition Montréal propose aussi une nouvelle ligne de métro

Une ligne de métro qui relierait plusieurs institutions universitaires.

02/10/2017 13:56 EDT | Actualisé 02/10/2017 19:45 EDT
Olivier Robichaud

Coalition Montréal s'est taillé une place dans le débat sur les transports en commun lundi en proposant une nouvelle ligne de mentor qui relierait plusieurs institutions universitaires. La mesure serait moins chère et plus réaliste que la «ligne rose» de Projet Montréal, selon le candidat à la mairie Jean Fortier.

La nouvelle «ligne du savoir» partirait de la station Côte-des-Neiges pour se rendre à une nouvelle station située près du musée des Beaux-Arts. Cette nouvelle station serait connectée par des galeries aux stations Guy-Concordia, Peel et Lucien-L'Allier afin de favoriser le transfert avec les lignes orange et verte sans avoir à creuser trop profondément dans le roc.

«Ça coûte moins cher que de passer sous les lignes existantes pour ajouter des niveaux aux anciennes stations», avance M. Fortier.

Une autre station serait prévue au lac aux Castors, sur le mont Royal. Selon M. Fortier, les travaux souterrains ne devraient pas trop déranger la faune du secteur. Il n'aurait toutefois pas d'études à ce sujet.

«Je me souviens quand ils ont ouvert la station Snowdon. On entendait des booms de temps en temps avec le dynamitage, mais sinon on ne se rendait pas du tout compte qu'il y avait des travaux», lance-t-il.

Ces trois stations pour une ligne de 4 km coûteraient 1,5 milliards de dollars. Dans une phase ultérieure, la « ligne du savoir » pourrait éventuellement être étendue à l'École de technologie supérieure, dans Griffintown, voire à Saint-Lambert.

Optimiser la ligne bleue

Selon M. Fortier, la ligne proposée permettrait de diminuer les problèmes de congestion sur la ligne orange. Projet Montréal propose aussi une nouvelle ligne pour la même raison. Cette «ligne rose» serait toutefois beaucoup plus longue – et donc plus chère – que ce qui est proposé par Coalition Montréal. Lors de sa campagne à la chefferie de Projet Montréal, Mme Plante a estimé à 6 milliards de dollars les investissements nécessaires pour la ligne rose.

«Quand on regarde les déplacements à Montréal, c'est simple. Les gens partent du nord-est pour se rendre dans le sud-ouest du centre-ville. Mais il y a un gros obstacle au milieu, c'est le mont Royal. Projet Montréal veut le contourner et, en ce sens, c'est un projet louable. Mais c'est un projet pharaonique», explique M. Fortier.

Le candidat de Coalition Montréal préfère amener plus d'utilisateurs sur la ligne bleue, actuellement sous-utilisée. Ils pourraient ensuite couper à travers la montagne pour se rendre au centre-ville.

Impossible, dit Coderre

Selon le maire de Montréal, Denis Coderre, aucune des deux nouvelles lignes proposées n'est possible dans un avenir prévisible.

«On ne peut pas le faire. On a un plan d'action 2025. Les montants alloués par le gouvernement canadien et le gouvernement québécois sont déjà établis. On sait ou on s'en va», affirme-t-il.

«Ce qui va se faire en quatre ans, c'est le prolongement de la ligne bleue vers l'est», lance-t-il, en référence à la promesse de Valérie Plante de voir une première pelletée de terre pour sa ligne rose dans un second, voire un premier mandat.

Rappelons que M. Coderre a promis une première pelletée de terre en 2021 pour le prolongement de la ligne bleue vers Anjou. Il a aussi lancé les travaux pour une nouvelle gare de trains de métro à la station Côte-Vertu, ce qui permettrait d'augmenter la fréquence des trains sur la ligne orange et ainsi réduire la congestion.