NOUVELLES

L'explosion d'un moteur force l'atterrissage d'urgence à Terre-Neuve-et-Labrador d'un vol d'Air France

Un cauchemar qui se termine bien, heureusement!

30/09/2017 14:41 EDT | Actualisé 04/10/2017 10:05 EDT

Un vol d'Air France a été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence à Terre-Neuve-et-Labrador après un important bris sur l'un de ses quatre réacteurs.

Quatre à cinq heures après le départ du vol AF66 de Paris en direction de Los Angeles, un bruit fort s'est fait entendre et l'avion a subitement chuté, a raconté une passagère, Sarah Eamigh, au HuffPost Canada.

Le capitaine a alors annoncé qu'une explosion était survenue dans un moteur de l'Airbus A380 qui comptait 496 passagers à bord, ainsi que les 24 membres de l'équipage.

«Ce qui se passait dans ma tête? "Ça n'est jamais arrivé avant" et "SVP mon Dieu, faites qu'on s'en sorte"», a raconté Mme Eamigh. «Quand vous entendez "explosion d'un moteur", vous pensez au pire», a-t-elle ajouté.

L'avion a tremblé durant une dizaine de minutes, selon Mme Eamigh, alors que les passagers ne pouvaient qu'observer nerveusement les panneaux lumineux.

Le vol a été détourné vers l'aéroport militaire de Happy Valley-Goose Bay. Mme Eamigh a souligné le bon travail et le calme de l'équipage et du capitaine. Personne n'a été blessé dans la mésaventure.

Celle qui habite Orange County, en Californie, a indiqué que quelqu'un a pris la photo du moteur et l'a partagée avec les passagers du vol.

Une vidéo a aussi été publiée sur Twitter:

Un autre passager, Daniel McNeely, a tweeté la photo en affirmant se réjouir d'être au sol.

La compagnie est en train d'«examiner toutes les solutions» pour transporter ces personnes au plus vite vers les États-Unis.

Les A380 d'Air France sont équipés de réacteurs GP7200, spécialement conçus pour ces avions, et réalisés par l'association des deux motoristes américains General Electric et Pratt and Whitney (United Technologies Corp).

Le GP7200 est issu des programmes de réacteurs à grande capacité GE90 de General Electric et PW4000 de Pratt and Whitney. Air France a été la première compagnie a choisir ce réacteur en 2001 lorsqu'elle a commandé ses gros porteurs. Il est entré en service en 2009 dans la compagnie.

Air France exploite au total 10 Airbus A380.

Airbus a présenté au salon du Bourget (près de Paris) en juin dernier une version améliorée de son avion emblématique, appelée "A380Plus", destinée à optimiser sa rentabilité pour tenter de relancer les ventes.

L'A380 est en panne de commandes depuis près de deux ans et le constructeur européen a annoncé que les livraisons seraient ramenées à huit avions en 2019. Malgré cela, le patron d'Airbus Tom Ender a récemment déclaré qu'il croyait toujours à l'avenir du gros porteur qui "sera avec nous pour de très longues années".

En 2016, le groupe avait déjà annoncé une réduction de la cadence de production du géant des airs à un exemplaire par mois à partir de 2018, contre 27 au total en 2015.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

Avec Agence France-Presse.