NOUVELLES

L'ASSÉ menacée d'implosion cette fin de semaine

Sa transparence quant à ses états financiers est notamment critiquée.

30/09/2017 09:11 EDT | Actualisé 30/09/2017 09:11 EDT
The Canadian Press Images
L'ASSÉ s'est fait connaître pour ses positions plus combatives lors de la grève étudiante de 2012 qui regroupait aussi les étudiants de la FEUQ et de la FECQ.

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante, qui s'est fait connaître pour ses positions plus combatives lors de la grève étudiante de 2012, est menacée d'implosion.

L'ASSÉ, auparavant représentée par le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, pourrait mettre la clé sous la porte, alors qu'une de ses associations membres compte proposer sa dissolution en congrès, ce week-end, à Montréal.

En assemblée générale plus tôt ce mois-ci, l'Association étudiante du cégep de Sherbrooke (AÉCS) a ajouté à son plan d'action la dissolution de l'ASSÉ, qui représente quelque 70 000 étudiants, tant de niveaux collégial qu'universitaire.

Actuellement en campagne contre la culture du viol, l'ASSÉ est toujours perçue comme une des associations nationales dont les revendications tendent le plus à gauche au sein du mouvement étudiant.

La responsable aux affaires externes de l'AÉCS, Lara Mouillet, déplore toutefois un récent «manque d'information, d'organisation» et de transparence de l'ASSÉ par rapport à ses états financiers, entre autres.

Elle soutient que d'autres associations membres appuient la démarche de l'AÉCS. Elle cite en exemple celle du cégep de Drummondville, qui maintient pourtant qu'«aucune position n'a été prise» à cet effet.

Son prédécesseur aux affaires externes, Jean-Michel Baribault, qui sera lui aussi du prochain congrès, refuse pour sa part de discuter des méandres de l'ASSÉ.

«Par respect à mes homologues nationaux, je préfère déposer nos critiques envers eux avant de les partager avec d'autres», a-t-il répondu par écrit aux questions de La Presse canadienne.

Au dernier congrès de l'ASSÉ, en avril, un de ses comités avait proposé d'expulser 12 associations membres en raison de leur absentéisme, après que les deux congrès précédents eurent avorté, faute de quorum.

Comble de l'ironie, la perte du quorum avait coupé court à ces délibérations.

L'Association étudiante du cégep de Sherbrooke n'est pas seule à faire entendre son insatisfaction à l'égard de l'ASSÉ ces derniers temps.

L'année dernière, deux associations membres ont claqué la porte après avoir été suspendues pour avoir retenu leurs cotisations en guise de protestation.

Le Syndicat étudiant du cégep de Marie-Victorin (SECMV) s'est ensuite désaffilié, à l'automne dernier, mettant en doute la saine gestion des finances par l'exécutif.

L'Association étudiante du cégep de Saint-Laurent (AÉCSL) avait fait de même quelques mois plus tôt, soulevant une incohérence entre les positions féministes de l'ASSÉ et ses pratiques.

En 2015, l'ensemble de l'exécutif s'était fait montrer la porte après avoir évoqué la possibilité de suspendre la grève contre l'austérité pour mieux la relancer à la rentrée. Les membres lui ont reproché de ne pas en avoir d'abord discuté en instance.

Si l'ASSÉ est dissoute, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) deviendra la dernière des trois associations nationales ayant joué un rôle de premier plan en 2012 à toujours tenir debout. La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), dont le visage était Martine Desjardins lors du printemps étudiant, a depuis été mise en veille. De ses cendres est née l'Union étudiante du Québec (UEQ), tandis que l'Association pour la voix étudiante du Québec (AVEQ) a également surgi dans le paysage étudiant.