NOUVELLES

Donald Trump s'en prend à la mairesse de San Juan, qui appelle à l'aide

Elle fait preuve d'un pauvre leadership, selon le président américain.

30/09/2017 10:42 EDT | Actualisé 30/09/2017 10:42 EDT

Le président américain, Donald Trump, s'en est pris aux autorités portoricaines, samedi, qui se sont montrées critiques de la réponse fédérale au passage dévastateur de l'ouragan Maria.

Écrivant sur Twitter à partir de son club de golf au New Jersey, Donald Trump a notamment dénigré le leadership de la mairesse de San Juan, la capitale du territoire américain.

Carmen Yulin Cruz avait accusé l'administration Trump de «(les) tuer avec leur inefficacité». Elle avait imploré le président de s'assurer que la personne «en charge soit à la hauteur de la tâche de sauver des vies».

M. Trump maintient que les premiers répondants et les militaires font «un travail incroyable» malgré l'absence d'«électricité, de routes, de téléphones, etc.».

Il a reproché à Mme Cruz de faire preuve de partisanerie, soutenant que les démocrates lui ont dit d'être «méchante» envers lui.

À Porto Rico, les télécommunications ont été rétablies sur 30 pour cent de l'île, près de la moitié des supermarchés ont rouvert leurs portes et l'essence est à nouveau disponible dans 60 pour cent des stations-service. Or, plusieurs Portoricains sont toujours en proie au désespoir, alors que le besoin d'eau se fait criant, plus d'une semaine après le déferlement de Maria.

Vendredi, Donald Trump avait affirmé que l'île était «totalement incapable» de gérer la catastrophe par elle-même.

Même en tentant d'exprimer sa solidarité envers Porto Rico, le président a à nouveau soulevé le fait que l'île est lourdement endettée.

Donald Trump doit se rendre sur place pour constater les dégâts jeudi.

Face aux trois ouragans monstres de cette saison — Harvey, Irma et Maria —, M. Trump et son administration se sont aventurés en terrain dangereux en s'autofélicitant de manière prématurée.

Le président a souvent fanfaronné à propos de l'intervention gouvernementale à Porto Rico ou sur les Îles vierges américaines, alors que dans des régions plus reculées, les résidants peinaient toujours à mettre la main sur de l'eau, de la nourriture et d'autres vivres.