NOUVELLES

L'opposant russe Navalny arrêté avant une rencontre électorale

Les autorités continuent de lui mettre des bâtons dans les roues.

29/09/2017 09:18 EDT | Actualisé 29/09/2017 09:20 EDT

L'opposant russe Alexeï Navalny, en campagne pour défier Vladimir Poutine à la présidentielle de mars prochain, a été arrêté vendredi à la sortie de son domicile à Moscou alors qu'il se rendait à une rencontre en province.

A moins de six mois du scrutin pour lequel le président ne s'est officiellement pas encore déclaré candidat, M. Navalny mène dans toute la Russie, malgré les entraves posées par les autorités, une série de rencontres avec les électeurs.

"On m'a interpellé dans mon hall d'immeuble. Ils m'emmènent quelque part pour +des explications+", a indiqué M. Navalny sur Twitter. "Le Kremlin considère mes rencontres avec les électeurs comme une énorme menace et même comme une insulte", a-t-il ajouté.

Sur son compte Instagram, il a publié une vidéo des policiers arrivant en voiture et lui demandant de "les accompagner pour une discussion".

Обращение к жителям Нижнего Новгорода, где сегодня должна была пройти встреча со мной. Но её так испугались, что утром меня задержали в собственном подъезде. Друзья, извините пожалуйста, что не смогу приехать, но вы всё равно приходите. Какая разница: есть я на митинге или нет меня? Всё и так понятно. Приходите ради принципа и в знак протеста против той тупости, маразма и деградации, которые овладели нашей страной. Площадь Маркина, 18-00. Кто из Нижнего - помогите распространить пожалуйста. #нижнийновгород #Навальный2018

A post shared by Алексей Навальный (@navalny) on

Selon la porte-parole de l'opposant, Kira Iarmych sur le même réseau social, Alexeï Navalny devait prendre le train depuis Moscou pour se rendre à un meeting de campagne pourtant autorisé par les autorités à Nijni Novgorod, à 400 kilomètres à l'est de Moscou.

M. Navalny a lancé un appel sur les réseaux sociaux aux habitants de Nijni Novgorod à se rendre malgré tout à l'endroit prévu du meeting. "Venez pour le principe et en signe de protestation contre la stupidité, le marasme et le déclin qui ont envahi notre pays", a-t-il déclaré.

Dans un communiqué, la police de Moscou a expliqué par "appels répétés à participer à des événements publics non autorisés" l'arrestation de l'opposant, qui a réuni au printemps des dizaines de milliers de jeunes avec pour mot d'ordre la dénonciation de la corruption des élites.

Le bras droit de l'opposant, Leonid Volkov, a également indiqué avoir été interpellé à Nijni Novgorod et se trouver au commissariat avec son avocat.

Avenir flou

Il s'agit de la première fois qu'Alexeï Navalny est arrêté depuis la fin de sa détention administrative en juin.

L'opposant a organisé ces dernières semaines plusieurs meetings de campagne à travers la Russie ayant rassemblé des milliers de personnes, dans l'indifférence des médias nationaux. Ses soutiens ont néanmoins rapporté des tentatives des autorités d'entraver ces événements.

Un des membres de l'équipe de campagne de l'opposant, Nikolaï Liaskine, a affirmé en septembre avoir été attaqué dans la rue à Moscou par des inconnus armés d'une barre en métal.

En juillet, le local de campagne moscovite de M. Navalny avait été investi et bloqué par la police, tandis que ses tracts et objets promotionnels ont été saisis à plusieurs reprises et ses partisans interpellés alors qu'ils démarchaient les passants.

Depuis l'annonce de sa candidature à la présidentielle, M. Navalny affirme néanmoins avoir ouvert plus de 60 bureaux de campagne dans différentes régions de Russie.

Son avenir politique demeure pourtant flou, la commission électorale centrale l'ayant jugé en juin inapte à se présenter contre Vladimir Poutine en mars prochain en raison d'une condamnation de justice pour détournement de fonds.

Principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny a été la cible de nombreuses agressions, dont une avec un liquide vert qui a nécessité un traitement ophtalmologique en Espagne, mais également de plusieurs poursuites judiciaires visant, selon ses partisans, à entraver ses ambitions.

Il a purgé cette année deux peines de détention administrative pour avoir organisé fin mars et mi-juin des manifestations anticorruption d'ampleur dans toute la Russie, interdites par les autorités mais très suivies par la jeunesse et ayant débouché sur des centaines d'arrestations.

L'ONG Human Rights Watch a estimé début septembre que la police russe interférait "systématiquement" et de manière "non justifiée" avec la campagne de M. Navalny.

M. Poutine, qui n'a pas encore annoncé officiellement sa candidature à un quatrième mandat, s'est pour le moment contenté de présenter M. Navalny comme une figure marginale et un opportuniste qui "utilise les difficultés existantes pour sa propre communication politique".