NOUVELLES

L'Agence spatiale canadienne veut contribuer au projet de station lunaire

Le Canada, «les bras» de cette mission!

29/09/2017 10:45 EDT | Actualisé 29/09/2017 10:45 EDT
La Presse canadienne/Peter Rakobowchuk
Gilles Leclerc

L'Agence spatiale canadienne planche sur le développement de deux bras robotiques afin de contribuer au projet d'avant-poste lunaire que des partenaires internationaux pourraient construire d'ici dix ans.

Les agences spatiales américaine et russe se sont entendues plus tôt cette semaine pour développer une petite station spatiale qui serait placée en orbite entre la Terre et la Lune. La plateforme servirait ensuite de point de lancement pour des missions vers la surface lunaire et potentiellement d'autres destinations plus éloignées.

Gilles Leclerc, le directeur général de l'exploration spatiale pour l'Agence spatiale canadienne, a dit que le Canada doit maintenant «identifier quelle sera notre contribution à la prochaine étape de l'exploration humaine». Il a ajouté que l'agence définit «ce que fera le Canada dans l'espace pendant les 30 prochaines années».

Le Canada envisage notamment le développement de bras robotiques, de rovers et de technologies utiles pour l'exploration minière dans l'espace. La firme MacDonald, Dettwiler and Associates, en Colombie-Britannique, a reçu un contrat de 2,75 millions $ pour développer deux bras robotiques longs d'un mètre et de huit mètres.

Un représentant de la compagnie a dit que les deux nouveaux bras pourraient être déployés à bord de l'avant-poste lunaire dans les années 2020.

M. Leclerc a précisé qu'au moins trois missions seront nécessaires pour construire l'avant-poste entre 2020 et 2026, avant l'arrivée des premiers astronautes.

VOIR AUSSI: