POLITIQUE

L'olympienne Dorothy Yeats appuie Projet Montréal

L'athlète a parlé du manque d'installations sportives de qualité à Montréal, mais c'est plutôt le dossier de la mobilité qui a motivé sa décision.

26/09/2017 13:12 EDT | Actualisé 26/09/2017 13:19 EDT
Olivier Robichaud

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, a recueilli un appui de taille olympique mardi. La championne de lutte Dorothy Yeats a affiché ses couleurs en faveur du parti d'opposition.

Yeats, 24 ans, a participé aux Jeux olympiques de Rio l'an dernier, terminant 5e dans sa catégorie de poids. Elle avait remporté l'or aux Jeux panaméricains et aux Jeux du Commonwealth.

L'athlète a parlé du manque d'installations sportives de qualité à Montréal, mais c'est plutôt le dossier de la mobilité qui a motivé sa décision.

«Quand j'étais au secondaire, le transport public pour me rendre au centre-ville, ça ne marchait vraiment pas. Ça me prenait une heure, une heure et demie, parfois deux heures dans le trafic. [...] Le transport en commun, ça ne marche pas. Il y a un matin où je n'avais même pas la possibilité de me rendre à l'université en autobus, il n'y avait pas de place."

Celle qui se fait souvent appeler "Dori" ajoute qu'elle ne se sent pas suffisamment en sécurité pour se déplacer en vélo. Elle s'est dite intéressée par les engagements de Projet Montréal en matière de transport en commun et de sécurité des cyclistes.

«Dorothy est une influenceuse, un modèle pour plein de jeunes et d'athlètes. C'est une amoureuse de Montréal qui connaît bien sa Ville et son quartier et je suis très heureuse de pouvoir compter sur son appui ce matin.

Manque d'installations sportives

Mme Yeats déplore aussi devoir se déplacer jusqu'au Stade olympique pour s'entraîner dans des installations de qualité.

«Le Stade est un très bel édifice, mais c'est presque le seul. Alors pour moi qui habite plutôt du côté ouest de la ville, ça me prend trop de temps. Alors il faut que je m'entraîne plus près de chez moi, mais ce n'est pas la bonne solution en termes de qualité de l'entraînement."

Valérie Plante n'a pas annoncé de nouvelles mesures en matière de sports mardi, mais c'est engagée à ce que «Montréal soit une plateforme pour soutenir les athlètes de haut niveau".

Des millions mal investis?

Mme Yeats estime également que le maire Denis Coderre dépense beaucoup d'argent sur des projets dont elle peine à voir les impacts réels. Elle cite en exemple la Maison olympique, financée à hauteur de 2 M$ par la Ville de Montréal.

«Les lumières sont belles, ironise-t-elle. Il y a seulement un étage qui est réellement là pour aider les athlètes. Tout l'été, j'ai entendu des histoires où il y a de gros chiffres qui sont investis dans des projets qui ne sont pas importants. Combien a coûté l'illumination du pont Jacques-Cartier?»

Valérie Plante a d'ailleurs promis d'ouvrir les livres des organismes à but non lucratif (OBNL) qui gèrent de grands projets de la Ville, comme la Société du 375e ou Montréal c'est électrique, qui a organisé la course de Formule E.

«Le 375e de Montréal a coûté 1 milliard de dollars. Nous avons assisté à une véritable orgie de dépenses. Pourtant, plusieurs de ces dépenses, notamment celles gérées par la Société du 375e, ont été réalisées dans l'opacité la plus totale. Les Montréalais n'ont jamais su comment l'argent de leurs taxes avait été dépensé ni si ces dépenses en ont valu le coût. Il est temps de faire la lumière sur les activités de la Société du 375e.»

Projet Montréal promet de dévoiler les chiffres du 375e dès son arrivée au pouvoir et de «mettre fin à l'opacité qui entoure les OBNL qui œuvrent auprès de la Ville».

La semaine dernière, l'avocate Anne-France Goldwater a offert d'agir comme conseillère juridique pour Projet Montréal et d'ouvrir une enquête sur la gestion des fonds du 375e.

VOIR AUSSI: