NOUVELLES

L'ancien politicien Anthony Weiner écope de 21 mois de prison pour sextage

Il tentait d'échapper à la prison en déclarant à la juge qu'il est «un homme très malade depuis très longtemps».

25/09/2017 12:28 EDT | Actualisé 25/09/2017 12:28 EDT

L'ancien politicien Anthony Weiner a écopé lundi d'une peine de 21 mois de prison dans une affaire de sextage avec une adolescente de 15 ans.

L'homme de 53 ans s'est mis à pleurer quand sa sentence a été annoncée par la juge Denise Cote. Il devra se rapporter aux autorités pénitentiaires d'ici le 6 novembre.

L'incapacité de Weiner à s'empêcher d'échanger des messages de nature sexuelle avec des femmes en ligne a détruit sa carrière à la Chambre des représentants en 2011, a torpillé sa campagne pour la mairie de New York en 2013, a anéanti son mariage à Huma Abedin (une membre de la garde rapprochée de Hillary Clinton), et a éclaboussé la campagne présidentielle de 2016.

Admettant souffrir «d'une maladie» et disant «ne pas avoir d'excuses», Weiner avait admis en mai avoir transféré du matériel obscène à une mineure, un crime passible de dix ans de prison.

Il tentait depuis d'échapper à la prison, déclarant à la juge Cote lundi, à travers ses larmes, qu'il est «un homme très malade depuis très longtemps». Il a ensuite ajouté avoir complètement touché le fond.

Selon les procureurs, Weiner avait convaincu sa jeune victime de se déshabiller et de se toucher sur Skype après lui avoir envoyé du matériel pornographique.

Les avocats de Weiner avaient répliqué qu'il était profondément désolé d'avoir soumis la jeune femme à sa «maladie profonde», mais ils avaient aussi reproché à l'adolescente d'avoir joué un rôle actif dans cette affaire, possiblement afin d'en tirer un livre et d'influencer l'issue du scrutin présidentiel.

La police fédérale américaine enquêtait sur les liens entre Weiner et l'adolescente quand elle a découvert, dans son ordinateur, des courriels entre Mmes Clinton et Abedin. L'ancien patron du FBI, James Comey, avait alors annoncé, en octobre 2016, qu'il relançait l'enquête sur l'utilisation par Mme Clinton de serveurs de courriel privés.