POLITIQUE

Finalement, Trump change d'idée et n'invitera pas les champions de la NBA à la Maison-Blanche

Il n'aime vraiment pas se faire dire non.

23/09/2017 10:34 EDT | Actualisé 23/09/2017 10:34 EDT
Jesse D. Garrabrant via Getty Images
Stephen Curry après la victoire des Warriors de Golden States le 12 juin dernier.

Donald Trump a annoncé samedi qu'il n'inviterait pas à la Maison-Blanche les Warriors de Golden States, champions en titre de la NBA, dont plusieurs joueurs-vedette ont annoncé qu'ils boycotteraient cette visite pour protester contre le président américain.

La tradition veut que le président des Etats-Unis reçoive dans les semaines ou les mois qui suivent son sacre l'équipe qui a remporté le titre dans l'un des grands championnats professionnels nord-américains ainsi que dans les très populaires championnats universitaires.

"Aller à la Maison-Blanche est considéré comme un grand honneur pour une équipe du championnat. Stephen Curry hésite, donc l'invitation est retirée", a déclaré le président américain dans un message sur Twitter.

La veille, Curry avait déclaré sur la chaîne ESPN que les Warriors pourraient faire une "déclaration" en déclinant cette invitation, alors que des membres de l'équipe d'Oakland ont dénoncé le comportement de Donald Trump.

"C'est évident, on ne va pas se précipiter pour prendre une décision dont il faut mesurer la signification, a-t-il dit. Nous avons l'occasion de faire une déclaration qui, il faut l'espérer, encourage l'unité, nous encourage à mesurer ce que signifie d'être Américain et se battre pour quelque chose".

"Je ne veux pas y aller", avait confirmé un peu plus tard le meneur des Warriors.

Un autre des joueurs emblématiques de l'équipe, Kevin Durant, avait annoncé en août qu'il boycotterait aussi la visite.

"Je ne respecte pas la personne qui occupe le poste en ce moment, je ne suis pas d'accord avec lui, je vais faire entendre ma voix en ne m'y rendant pas", avait-il expliqué.

Durant, élu meilleur joueur de la finale 2017, remportée en juin face à Cleveland (4-1), avait prévenu qu'il ne serait pas le seul à faire l'impasse, estimant connaître ses coéquipiers "suffisamment pour savoir qu'ils sont d'accord" avec lui.

Selon Durant, la défiance des joueurs a été accrue à la mi-août par les propos du président américain, qui avait renvoyé dos à dos les suprémacistes blancs et les antifascistes pour les violences de Charlottesville, où un sympathisant néo-nazi a tué une contre-manifestante en la percutant avec son véhicule.

"Depuis qu'il est entré en fonction, depuis la campagne présidentielle même, notre pays est si divisé et ce n'est pas une coïncidence. Quand (Barack) Obama était président, nous avions tellement d'espoirs pour notre communauté", avait rappelé Durant.

Après leur sacre, le grand patron de la NBA Adam Silver et l'entraîneur des Warriors Steve Kerr, qui a déjà critiqué Trump à plusieurs reprises, avaient demandé aux joueurs de réfléchir et espéré qu'ils répondraient favorablement. Selon Steve Kerr, cette invitation "pourrait avoir des répercussions très positives".