NOUVELLES

Les services d'urgence d'iOS pour Apple apportent une avancée pour les femmes

La mise à jour permet aux utilisateurs d'appeler la police sans regarder leur téléphone.

22/09/2017 16:49 EDT | Actualisé 22/09/2017 17:55 EDT
Getty Images/Hemera

Les organismes de bienfaisance pour femmes ont encensé la nouvelle mise à jour d'iPhone comme «une avancée positive» pour mettre fin à la violence contre les femmes, mais avertissent que si c'est utilisé dans certaines circonstances, le service pourrait mettre les femmes vulnérables encore plus en danger.

La mise à jour d'iOS 11 inclut une nouvelle fonction d'urgence destinée à aider les utilisateurs à appeler discrètement les services d'urgence sans devoir composer le 911.

Si les utilisateurs pressent le bouton de marche/arrêt cinq fois, ils voient un bouton coulissant qui va faire un appel d'urgence quand il est utilisé. Les paramètres peuvent aussi être changés pour enlever cette étape et appeler automatiquement les services d'urgence aussitôt que les cinq clics sont faits.

La mise à jour iPhone permet aux utilisateurs d'organiser des contacts d'urgence dans leur téléphone - par exemple, des membres de la famille ou des amis - qui seront avertis aussitôt de la location de l'appelant.

Si votre téléphone est activé en mode appel automatique, il attendra trois secondes avant d'appeler le 911, vous permettant de terminer l'appel s'il a été placé par mégarde.

Sarah Green, codirectrice de la Coalition End Violence Against Women, a dit à HuffPost Royaume-Uni que l'outil est «potentiellement un bon support pour les femmes à risque et nous espérons qu'on en saura plus sur comment il fera une différence.»

«C'est bon à savoir que les compagnies de technologie trouvent des solutions technologiques pour contrer l'abus des femmes,» a-t-elle ajouté.

«Ceci dit, nous espérons que du travail se fait pour désactiver l'utilisation des applications de localisation et de surveillance par des hommes abusifs.»

HUFF POST QUÉBEC

En parallèle, Caitlin Roper, du groupe pour les droits des femmes Collective Shout, a dit que si la fonction «peut être un outil pratique, particulièrement pour les femmes qui sont à risque de violence de la part des hommes», on doit quand même l'utiliser avec prudence.

«Ce n'est pas sans risque. Si une femme se fait prendre à utiliser ce service pendant une attaque de violence conjugale, elle pourrait être encore plus en danger», a-t-elle expliqué à HuffPost Royaume-Uni.

«Quelconque développement technologique qui connecte les femmes avec des services de secours et les aide à rester en sécurité sont des étapes positives. Si c'est une bonne chose qu'une application mobile puisse protéger les femmes d'un danger potentiel, quand vient le temps d'adresser la violence masculine, on a besoin d'une approche holistique.»

Roper indique qu'on doit aussi se concentrer sur l'arrêt complet de la menace de la violence contre les femmes.

«Pour voir des changements significatifs, nous devons contester les racines de la violence masculine contre les femmes, comme des attitudes de sexisme et d'hostilité envers les femmes, le manque de respect et le sentiment d'ayant droit au corps des femmes, ainsi que l'objectivation normalisée des femmes», dit-elle. «Ce n'est pas assez de simplement aider les femmes à contacter la police quand leurs partenaires les attaquent, on a besoin que les hommes arrêtent de les agresser avant toute chose.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Unis a été traduit de l'anglais.