NOUVELLES

Alstom confirme des discussions avec Siemens, chute du titre de Bombardier

Revirement de situation!

22/09/2017 15:13 EDT | Actualisé 22/09/2017 15:28 EDT
Benoit Tessier / Reuters

Après des rumeurs de pourparlers avec Bombardier (TSX:BBD.B), Siemens discute actuellement d'un éventuel regroupement de ses activités de matériel roulant avec Alstom.

Le géant français a confirmé vendredi les échanges avec son concurrent allemand, affirmant que les "discussions (étaient) en cours et qu'aucun accord n'avait été conclu".

Cette annonce a semblé peser sur le titre de Bombardier, qui abandonnait 4,64 pour cent, ou 11 cents, pour se négocier à 2,26 $, en après-midi à la Bourse de Toronto.

Plus tôt cette année, des reportages avaient fait état d'échanges entre la multinationale québécoise et Siemens afin de regrouper Bombardier Transport - dont le siège social se trouve à Berlin, en Allemagne - et Siemens Mobility Rail Solutions, une coentreprise qui fabrique des trains ainsi que de l'équipement de signalisation ferroviaire.

Un tel regroupement visait à permettre aux deux entreprises de mieux concurrencer des rivaux chinois comme CCRC.

Ce n'est pas la première fois qu'un regroupement des divisions de matériel roulant de Bombardier et Siemens est évoqué, puisqu'en 2015 le "Wall Street Journal" avait avancé un scénario similaire qui avait été nié par l'entreprise québécoise. Le mois dernier, un site français avait avancé que Bombardier était intéressé à une partie du capital d'Alstom. En 2014, Siemens avait tenté sans succès de mettre la main sur la société française.

Lorsque Bombardier avait cédé 30 pour cent de Bombardier Transport à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), en 2015, la transaction attribuait une valeur de 5 milliards $ US à sa division de matériel roulant.

VOIR AUSSI: