NOUVELLES

Jugé coupable de pornographie juvénile, un homme tente de se suicider

En entendant sa sentence, Nicolas Boudreau a avalé une substance liquide non identifiée.

20/09/2017 13:18 EDT | Actualisé 20/09/2017 13:18 EDT

Un quinquagénaire a semé l'émoi au Palais de justice de Québec, mercredi matin, lorsqu'il a posé un geste qui a toutes les apparences d'une tentative de suicide en recevant sa sentence dans une affaire de pornographie juvénile.

En entendant le juge Christian Boulet, de la Cour du Québec, le condamner à six mois de prison, Nicolas Boudreau, 52 ans, a avalé une substance liquide non identifiée.

Les constables spéciaux sont intervenus d'abord pour le maîtriser puis pour effectuer des manoeuvres de réanimation jusqu'à l'arrivée des ambulanciers, qui l'ont transporté à l'hôpital.

Dans les heures suivantes, le procureur de la Couronne au dossier, Me Régis Juneau-Drolet, ne pouvait confirmer s'il s'agissait bel et bien d'une tentative de suicide, faisant valoir qu'on ne connaissait pas encore la nature de la substance ingurgitée.

Nicolas Boudreau, un ex-professeur de chimie du cégep de Limoilou, avait reconnu sa culpabilité en avril 2016 à deux des trois accusations qui pesaient contre lui, soit de possession de pornographie juvénile et d'avoir accédé à de la pornographie juvénile. Il était également accusé d'avoir produit et diffusé de la pornographie juvénile.

La Couronne réclamait une peine de 18 à 20 mois d'emprisonnement, alors que son avocat avait plaidé en faveur d'une peine de 90 jours

à purger les fins de semaine assortie de travaux communautaires.

Nicolas Boudreau avait été appréhendé en mars 2013 lors d'une rafle impliquant quatre autres personnes. On avait découvert chez lui des dizaines de milliers de photos et des vidéos de pornographie juvénile.

Le collège l'avait alors suspendu, puis l'avait remercié lorsqu'il avait plaidé coupable en 2016.

L'affaire découlait d'une première opération visant Azov Films, menée en 2011, au cours de laquelle les policiers avaient trouvé une liste de clients sur laquelle figurait le nom du quinquagénaire.

VOIR AUSSI: