POLITIQUE

Christine St-Pierre choquée par les propos de Louise Cordeau

La présidente du Conseil du statut de la femme a déclaré que l’égalité entre les hommes et les femmes est « presque acquise ».

19/09/2017 17:43 EDT | Actualisé 19/09/2017 17:59 EDT
LA PRESSE CANADIENNE
L'actuelle ministre à la Condition féminine, Lise Thériault (gauche), et l'ancienne ministre de la Condition féminine de 2007 à 2012, Christine St-Pierre (droite). (LA PRESSE CANADIENNE/Jacques Boissinot)

QUÉBEC – L'ancienne ministre de la Condition féminine se dit choquée par l'affirmation de la présidente du Conseil du statut de la femme (CSF) selon laquelle l'égalité entre les hommes et les femmes est « presque acquise ».

Louise Cordeau, qui a pris la tête du CSF il y a sept mois, a tenu ces propos dans une entrevue avec le Journal de Québec. Elle a du coup suggéré que l'organisation adopte un nouveau nom afin de refléter la société actuelle et de mieux rejoindre les hommes, notamment.

Mais pour Christine St-Pierre, qui a été ministre de la Condition féminine de 2007 à 2012 et qui est ministre des Relations internationales depuis 2014, il est faux de prétendre que les hommes et les femmes sont presque sur le même pied d'égalité.

« Là où j'ai un sérieux problème, c'est lorsqu'on dit que l'égalité entre les hommes et les femmes est presque atteinte. Ça, je ne suis pas d'accord avec ça. Il y a beaucoup de chemin à faire encore », a-t-elle affirmé dans une mêlée de presse, mardi.

« Si on arrive à cette conclusion-là basée sur des recherches scientifiques, on va les analyser et on va les regarder. Pour le moment, je ne crois pas qu'il y ait de recherches scientifiques qui viennent dire qu'au Québec, l'égalité entre les hommes et les femmes est presque atteinte. »

La ministre actuelle de la Condition féminine, Lise Thériault, a plutôt tenté de minimiser les propos de la nouvelle présidente du CSF, en disant qu'elle était ouverte à la discussion sur le changement de nom.

« À mon avis, la présidente a simplement émis une hypothèse. Il n'a jamais été question de revoir ni le nom ni la mission du Conseil du statut de la femme », a réagi Mme Thériault, interpelée à ce sujet par le Parti québécois pendant la période de questions.

La nouvelle porte-parole péquiste pour la Condition féminine, Catherine Fournier, considère que la ministre Thériault n'a « aucune crédibilité » dans le dossier puisqu'elle ne se considère pas féministe.

La ministre est d'accord avec Mme Cordeau pour dire que si l'égalité de droit existe dans les lois, elle n'est pas atteinte dans les faits.

« On vit dans une société de droit où, sur papier, nous avons les mêmes droits, les femmes et les hommes. Mais force est de constater que lorsqu'on regarde différentes statistiques, il y a certaines avancées, oui, mais il y a encore du travail à faire. »

Principales pionnières féministes du Québec