DIVERTISSEMENT

Les projections en plein air au FCVQ: donner le goût du cinéma

Le Festival de cinéma de la ville de Québec permet au public lambda d’assister à des projections gratuites sur la Place d’Youville.

18/09/2017 19:07 EDT | Actualisé 19/09/2017 12:15 EDT
Max-Antoine Guérin

On le sait bien, il suffit parfois de voir un film pour rallumer en nous la flamme du 7e art. En bon connaisseur, le Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) permet au public lambda d'assister à des projections gratuites sur la Place d'Youville. L'objectif est bien sûr de faire (re)découvrir des œuvres au grand écran tout en espérant donner l'envie de continuer l'aventure dans les salles obscures.

L'automne est arrivé plus vite que prévu à Québec. Pourtant, le temps frisquet n'empêche pas les festivaliers de se regrouper quasiment tous les soirs sur la Place d'Youville, transformée pour l'occasion en cinéma à la belle étoile. Les environs sont bariolés d'oriflammes rouges, la couleur officielle de la manifestation. On y a installé une centaine de chaises pour les séances nocturnes à l'atmosphère chaleureuse.

Samedi soir, malgré les basses températures, il y avait du monde pour la présentation de Saturday Night Fever de John Badham. L'ambiance était au disco. Dès la première image, l'odeur du film culte est apparue. Au loin Manhattan, puis le pont Verrazano (où un drame se jouera plus tard), et finalement la caméra pointée sur John Travolta, démarche d'enfer, manteau de cuir et chemise rouge. L'acteur continue de crever l'écran avec son déhanchement porté par la musique des Bee Gees.

Max-Antoine Guérin

Des titres populaires

Depuis ses toutes premières éditions, le FCVQ organise les projections en plein air afin d'attirer les curieux. En ces temps où les salles de cinéma connaissent une baisse de fréquentation alarmante, le procédé est d'autant plus important que Québec ne possède pas une longue tradition cinéphilique. Considéré à ses débuts par certains comme une incongruité, l'événement – qui ne s'est jamais défini comme un rendez-vous cinématographique pointu – est aujourd'hui devenu un incontournable de la rentrée.

Outre Saturday Night Fever, le festival a déjà programmé Gaz Bar Blues de Louis Bélanger, Rencontres du troisième type de Steven Spielberg, Au service de Sa Majesté de Peter Hunt, Spaceballs de Mel Brooks et Le grand blond avec une chaussure noire de Yves Robert. Suivrons Dirty Dancing d'Emile Ardolino (21 septembre), Wayne's World de Penelope Spheeris (22 septembre) et enfin Dans une galaxie près de chez vous de Claude Desrosiers (23 septembre).

Même si le FCVQ ne changera pas la donne à lui tout seul, la désaffection du public envers les salles est un phénomène qui s'est amorcé depuis les dix dernières années, le festival s'attèle à donner le goût du cinéma avec une certaine humilité. Sa série en plein air contient avant tout des courts métrages et des fictions populaires. Et si c'est par là que doit se confirmer l'amour du 7e art, alors tant mieux!

La 7e édition du FCVQ se déroule du 13 au 23 septembre 20017.

Détails: fcvq.ca