NOUVELLES

Climat: réunion sur l'avenir de l'accord de Paris à Montréal... sans les Américains

Cette conférence se tient 30 ans jour pour jour après la signature du Protocole de Montréal pour la protection de la couche d'ozone.

16/09/2017 10:48 EDT | Actualisé 16/09/2017 14:39 EDT
acilo via Getty Images

Les ministres de l'Environnement réunis samedi à Montréal pour la mise en application de l'accord de Paris sur le climat ont reçu le message que les Etats-Unis voulaient avancer à leur rythme sans demander désormais à renégocier le texte signé fin 2015.

Représentés simplement par un observateur à la conférence ministérielle de plus de 30 pays, les Etats-Unis "ont indiqué qu'ils ne renégocieraient pas l'accord de Paris mais qu'ils allaient passer en revue les termes sur lesquels ils sont engagés par cet accord", a indiqué samedi Miguel Arias Cañete, commissaire européen à l'Action pour le climat.

Les Etats-Unis "ont un délégué à cette réunion et il parle au nom des Etats-Unis" comme le font tous les représentants dans une réunion internationale, a ajouté le commissaire lors d'une suspension de séance.

Tous les ministres autour de la table et les représentants des Etats, y compris l'observateur américain, ont acté que "l'accord de Paris est irréversible", a souligné Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique.

En l'état, si les Etats-Unis reviennent sur leur "engagement pris à Paris, j'ai aussi entendu qu'ils se désengagent sans quitter non plus totalement l'objectif", a noté M. Hulot.

Les rencontres à New York la semaine prochaine en marge de l'assemblée générale des Nations unies permettront aussi de vérifier avec les représentants américains "quelle est (leur) véritable position", a rappelé M. Arias Cañete.

Le message porté samedi par le délégué américain "est plutôt différent de celui que nous avions entendu du président (Donald) Trump", a-t-il ajouté.

Pour le ministre français, sans faire preuve d'optimisme ni de pessimisme, les Etats américains comme la Californie, les grandes villes mais aussi "les grands et petits acteurs économiques vont par leur dynamisme compenser le frein qui a pu être mis avec l'attitude de l'administration du président américain".

Voir aussi: