NOUVELLES

Les droits des peuples autochtones, 10 ans plus tard

«On est en droit de s'attendre à des résultats» - Ghislain Picard

13/09/2017 05:41 EDT | Actualisé 13/09/2017 15:44 EDT
Chris Wattie / Reuters

Le sort du général Jeffery Amherst, commandant en chef des forces britanniques pendant la guerre de Conquête, revient à l'ordre du jour. Le maire de Montréal, Denis Coderre, confirme son intention de renommer la rue qui porte son nom.

Le général Amherst occupe une place «de choix» dans l'histoire du Québec et du Canada. Il a organisé l'expédition qui a mené à la capitulation de Montréal en 1760, scellant le sort de l'Amérique française. Il a également participé au Grand Dérangement des Acadiens en expulsant ceux-ci de l'île Saint-Jean en 1758.

Mais ce sont ses actions contre les autochtones qui sont au coeur des débats entourant la rue Amherst. Le général a en effet proposé d'exterminer les autochtones en leur distribuant des couvertures infectées de variole.

Le maire Coderre profite d'ailleurs des célébrations entourant le 10e anniversaire de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones pour ramener cette affaire à l'ordre du jour.

«Le prochain chantier dont je vais m'occuper personnellement, c'est le cas du général Amherst, qui va prendre le bord. Je ne pense pas qu'on veuille célébrer quelqu'un qui voulait exterminer les autochtones», affirme-t-il.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, s'est réjoui de l'annonce du maire.

«Amherst, c'est une très grosse tache sur notre histoire», souligne-t-il.

«D'accord, mais», dit la communauté anglophone

Certains membres de la communauté anglophone de Montréal ont signifié leur accord avec le retrait du nom du général Amherst. Le conseiller municipal Marvin Rotrand estime toutefois que la rue devrait tout de même porter un nom qui représente cette communauté.

«Il y a eu de grands changements dernièrement dans les noms de rue anglophones. On a retiré les noms Dorchester, une partie de University, et d'autres. La rue Amherst va disparaître, d'accord. Je pense que les gens peuvent accepter ça si on trouve quelque chose qui reflète l'histoire de la communauté anglophone», affirme M. Rotrand en entrevue au HuffPost.

M. Rotrand avait milité contre le changement de nom du boulevard Dorchester, devenu René-Lévesque en 1987. Plus récemment, il avait également émis des réserves lorsque la Ville a renommé une partie de la rue University en l'honneur de Robert Bourassa.

Rita Legault, directrice des communications de la Quebec Community Groups Network (QCGN), croit que son conseil d'administration pourrait appuyer la suggestion de M. Rotrand.

«Ce n'est pas parce que c'est un anglophone qu'on va s'opposer à ce changement. Je pense que le nom Amherst est en contradiction avec les valeurs québécoises et canadiennes, surtout ces temps-ci alors qu'on est de plus en plus sensibles aux questions autochtones», affirme Mme Legault.

Selon celle-ci, la toponymie montréalaise manque de noms anglophones, mais également de noms autochtones, de noms de saints et de noms des communautés culturelles plus récentes.

En conférence de presse, le maire Coderre a semblé plutôt pencher vers un nom à résonnance autochtone.

«Ce que je retiens, c'est que les gens sont d'accord qu'il faut changer le nom. À partir de là, on peut tous travailler ensemble et trouver ce qui va le mieux refléter le milieu. On ne va pas nécessairement dire "ben maintenant qu'on en a enlevé un, est-ce qu'on peut ramener celui qu'on a déjà enlevé"», répond-il en référence à la possibilité que la rue Amherst devienne la rue Dorchester.

«Est-ce qu'on va la renommer d'après un chef autochtone? Est-ce qu'on va l'appeler la rue de la Réconciliation? [...] Ça pourrait être l'occasion pour rendre hommage à une femme autochtone aussi», souligne le maire.

La Ville a également dévoilé mercredi son nouveau drapeau et ses nouvelles armoiries, qui intègrent un symbole autochtone. Le maire a aussi annoncé qu'il donnera les clés de la ville à M. Picard ainsi qu'à la chef de la communauté Mohawk de Kahnawake, Christine Zachary-Deom. Ceux-ci deviendront citoyens d'honneur de Montréal.