NOUVELLES

Les compagnies ferroviaires veulent un total accès aux enregistreurs

Ils veulent les exploiter au maximum.

12/09/2017 13:05 EDT | Actualisé 12/09/2017 13:09 EDT
AFP via Getty Images

Les compagnies ferroviaires veulent un accès sans contrainte aux enregistreurs audio-vidéo dans les locomotives.

Lundi, le Bureau de la sécurité dans les transports (BST) enjoignait aux parlementaires d'ajouter des garanties dans le projet de loi C-49 présentement à l'étude afin que les données de ces enregistreurs ne servent pas comme outil de discipline des employés.

Ces dispositifs deviendront obligatoires dans les locomotives une fois C-49 adopté. Ils serviront aux enquêtes du BST.

Les compagnies de chemin de fer y voient aussi une autre utilité, et ils veulent l'exploiter au maximum.

«Les enregistreurs audio-vidéo, par leur simple présence, vont décourager tout comportement dangereux ou toute activité non autorisée», a déclaré mardi matin Michael Bourque, président-directeur-général de l'Association des chemins de fer du Canada, devant le comité parlementaire qui étudie C-49.

Et si un employé maintenait un comportement interdit, comme l'utilisation d'un téléphone intelligent pendant qu'il est au travail, l'enregistreur le dénoncerait.

«Ce serait une erreur d'amender le projet de loi C-49 afin d'empêcher toute utilisation proactive des enregistreurs audio-vidéo par les compagnies ferroviaires», a averti Jeff Ellis, secrétaire général du Canadien Pacifique (CP).

L'utilisation «proactive» dont parle M. Ellis ne fait aucun doute.

«Si (le comportement de l'employé) est grave et s'il est délibéré, il y aura punition», a convenu Keith Shearer, directeur général au CP, en réponse à une question d'un député libéral qui lui demandait s'il fallait comprendre la position de la compagnie comme «une menace» aux employés.

«Le CP reconnaît qu'il faut utiliser cette technologie d'une manière respectueuse envers nos employés, en respectant les lois canadiennes sur la vie privée, et nous nous engageons à travailler étroitement avec Transports Canada et nos syndicats dans les mois à venir pour accomplir cela», a insisté M. Ellis.

Le comité entendra le syndicat des Teamsters en début de soirée, mardi. L'Institut en culture sécurité industrielle Mégantic, un organisme créé après la tragédie de Lac-Mégantic, témoigne en après-midi.

Le projet de loi C-49, baptisé Loi sur la modernisation des transports, touche au transport ferroviaire, maritime et aérien. Il prévoit, entre autres, une charte des passagers qui impose une série d'obligations aux compagnies aériennes, en cas de retard des vols.