NOUVELLES

Les Canadiens qui souhaitaient être évacués après l'ouragan Irma l'ont été

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, leur a remis une lettre dans laquelle elle fait son mea culpa.

12/09/2017 16:09 EDT | Actualisé 12/09/2017 16:09 EDT

Bien qu'elle se dise soulagée que la plupart des Canadiens coincés dans les Antilles soient de retour au pays, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, n'est pas allée jusqu'à leur offrir ses excuses, mardi.

«J'ai parlé avec beaucoup de Canadiens affectés et j'ai été très touchée, a-t-elle dit en point de presse. C'était une situation très, très difficile et je suis très contente que la majorité des Canadiens soient revenus chez nous.»

Elle était accompagnée de la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, du ministre des Transports, Marc Garneau, et du ministre de la Défense, Harjit Sajjan, qui ont tour à tour fait le point sur la situation.

Des voyageurs et les principaux partis d'opposition ont dénoncé au cours des derniers jours la lenteur des évacuations qui, selon eux, étaient moins bien organisées que celles des Américains.

«C'est toujours possible de faire mieux, a reconnu Mme Freeland. Et, pour cette raison, j'ai encouragé hier soir les voyageurs qui sont revenus de Turks-et-Caïcos à nous contacter pour nous dire qu'est-ce que nous pouvons faire la prochaine fois s'il y en a une.»

Un avion d'Air Canada était resté cloué au sol à l'aéroport de ces îles britanniques dimanche soir à la demande des autorités locales. Les infrastructures aéroportuaires avaient été endommagées par l'ouragan et les autorités estimaient que les conditions n'étaient pas suffisamment sécuritaires, selon le ministre Garneau.

La ministre Freeland est allée accueillir ces voyageurs en personne lors de leur arrivée à l'aéroport Pearson de Toronto lundi soir. En tout, les quelque 300 Canadiens coincés sur les îles Saint-Martin et Turks-et-Caïcos après le passage de l'ouragan Irma ont pu revenir au pays.

La ministre leur a remis une lettre dans laquelle elle fait son mea culpa et les invite à lui faire part de leurs commentaires. «Je sais que nous pouvons toujours faire mieux», a écrit la ministre Freeland.

«Si vous souhaitez partager quelque chose à propos de votre expérience ou de la manière dont nous pouvons mieux gérer les catastrophes à l'avenir, veuillez entrer en contact avec nous.»

La lettre contient une adresse courriel du ministère des Affaires étrangères (SOScomments-SOScommentaires@international.gc.ca) pour recueillir les commentaires des voyageurs.

Les trois vols qui ont ramené ces Canadiens à la maison ont aussi permis d'évacuer 53 autres personnes de nationalités différentes, incluant quatre Américains.

D'autres évacuations avaient eu lieu au cours du week-end, ce qui porte le nombre total d'évacués à 691 personnes.

Les efforts se poursuivent pour rapatrier les autres Canadiens qui se trouvent toujours dans la région.

«C'est très, très important que vous nous informiez du lieu où vous êtes, combien de personnes, avez-vous des besoins particuliers», a rappelé la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau.

Un CF17 des Forces armées canadiennes doit arriver dans la région demain pour apporter de l'aide humanitaire. Un navire de la Marine royale canadienne doit également se rendre dans les Antilles pour apporter de la nourriture, des produits hygiéniques et des vêtements.

L'Équipe canadienne d'évaluation des catastrophes a été déployée dans la région lundi pour déterminer comment le Canada peut contribuer aux opérations humanitaires et à la reconstruction.

Le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet sont à Saint-Jean de Terre-Neuve pour deux journées de rencontres qui portent notamment sur l'ALÉNA et les ouragans Irma et José.

-------

Pour joindre le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence d'Affaires mondiales Canada :

sos@international.gc.ca

(613) 996-8885 (les appels à frais virés sont acceptés)

VOIR AUSSI:

Irma en Floride