NOUVELLES

L'historique des commentaires de mauvais goût de Donald Trump à propos du 11 septembre

Trump avait clamé que la destruction du World Trade Center signifiait qu'un de ses bâtiments était maintenant le plus haut de la partie sud de Manhattan.

11/09/2017 15:59 EDT | Actualisé 11/09/2017 15:59 EDT

WASHINGTON - Le président des États-Unis Donald Trump a commémoré le seizième anniversaire des attaques du 11 septembre en menant un moment de silence à la Maison-Blanche pour marquer l'instant où le premier avion a foncé dans la tour Nord du World Trade Center à New York.

Le président et la première dame Melania Trump étaient debout sur la pelouse sud de la Maison-Blanche parmi une foule qui incluait la fille aînée de Trump, Ivanka, et son beau-fils Jared Kushner.

Au cours de cette cérémonie commémorative au Pentagone, Trump a honoré les presque 3000 victimes des attaques ainsi que leurs familles.

«Aujourd'hui, notre nation entière est en deuil avec vous» a-t-il dit, faisant référence aussi à «l'horreur et l'angoisse de ce jour sombre» et louant la persévérance et l'unité du pays à la suite des attaques.

Si Trump a fait des remarques mesurées lundi matin, il a aussi un historique de commentaires insensibles et faux à propos de la tragédie du 11 septembre.

Les attaques terroristes ont été le sujet d'un des mensonges les plus flagrants de Trump durant sa campagne présidentielle. En novembre 2015, il a prétendu, sans évidence, que des milliers et des milliers de musulmans au New Jersey avaient célébré les nouvelles des attaques.

«J'ai regardé quand le World Trade Center s'est effondré. Et j'ai regardé à Jersey City au New Jersey, où des milliers et des milliers de personnes s'acclamaient.»

Le lendemain, Trump a de nouveau prononcé son mensonge, disant que la supposée célébration «avait été bien couverte à l'époque».

À This Week sur les ondes d'ABC, Trump a dit « Il y avait des gens qui célébraient de l'autre côté du New Jersey, où il y a une importante population arabe. Ils se réjouissaient alors que le World Trade Center était en train de tomber. »

Le mensonge, qui a depuis été discrédité, viendrait d'un article publié quelques jours après les attaques, qui rapportait que des responsables de l'application de la loi ont investigué «nombre de personnes qui ont été vues célébrant les attaques et organisant des fêtes sur les toits tandis qu'ils regardaient la dévastation de l'autre côté de la rivière».

Trump a exagéré l'allégation dans l'article - une allégation qui n'a jamais été justifiée.

Suivant le rallye dans lequel il a fait ce mensonge la première fois, Trump s'est moqué d'un des journalistes qui avait écrit l'article original, Serge Kovaleski, un reporter vétéran du New York Times, après que lui-même eut dit que l'article ne soutenait pas le mensonge de Trump.

«Certainement, je ne me rappelle pas que quiconque ait dit qu'il y avait des milliers ou même des centaines de personnes qui célébraient», a affirmé Kovaleski.

En réponse, Trump y est allé d'une imitation épouvantable de Kovaleski, qui souffre d'arthogrypose, une maladie articulaire congénitale.

Rappelons aussi que le jour des attaques, Trump, qui est un magnat de l'immobilier à New York, s'était vanté que son bâtiment du centre-ville de Manhattan, 40 Wall Street, devenait le plus haut gratte-ciel du coin.

«40 Wall Street était le deuxième plus haut bâtiment du centre-ville de Manhattan, et il était, avant le 11 septembre, le plus haut. Ensuite, quand ils ont bâti le World Trade Center, il est devenu le deuxième plus haut. Maintenant, c'est le plus haut» avait-il dit.

Cette revendication de Trump s'est aussi avérée fausse.

Trump a fréquemment fait référence aux attaques sur Twitter, son médium de communication préféré.

En 2011, il a dit qu'il avait vu venir les attaques.

Et à l'anniversaire des attaques en 2013, il avait tweeté ses «meilleurs voeux à tous, même aux personnes haineuses et aux perdants, lors de cette date spéciale.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.