DIVERTISSEMENT

Sur le divan avec... Louise DesChâtelets

«Moi je ne suis pas dans ma montée, je serais plutôt dans ma descente», lance-t-elle à la blague.

08/09/2017 20:28 EDT | Actualisé 08/09/2017 20:29 EDT

Avec la série d'entrevues vidéo «Sur le divan», le HuffPost Québec invite des personnalités à venir s'allonger... sur son divan! On y trouvera des confessions sur des histoires à succès, des malaises ou encore des controverses.

Louise DesChâtelets s'ennuie-t-elle d'être devant les caméras? Oui. Malgré ses nombreux projets, elle aimerait bien avoir la chance de se retrouver à la télé de façon plus régulière. «Je suis bien dans ce que je fais actuellement, confie-t-elle. (...) J'aimerais ça jouer plus à la télé, mais je ne peux pas dire que je suis mal servie par la profession, au contraire. Malgré mon âge, je travaille encore beaucoup».

Cette grande dame de la télé québécoise est d'ailleurs plutôt occupée ces temps-ci. Elle se retrouvera à la barre de la Soirée des artisans et du documentaire des prix Gémeaux, ce jeudi 14 septembre, en compagnie de Jean-Sébastien Girard. Et le duo qu'on peut aussi entendre à La Soirée est encore jeune se produira ensuite dans un tout autre contexte, alors que le grand public pourra découvrir ses prouesses à la danse à l'émission Les Dieux de la danse cet automne.

En entrevue, Mme DesChâtelets reste modeste quant à son rôle d'animatrice de gala.

«Il faut savoir que dans certaines circonstances, on n'est pas la "kingpin" de l'affaire. On est un accessoire important, voulu par l'Académie, mais c'est Jean-Sébastien qui est dans la mire des médias, qui a une carrière montante. (...) «Moi je ne suis pas dans ma montée, je serais plutôt dans ma descente (rires).»

Je ne suis pas placée pour prendre la pôle. (...) Je suis la seconde dans ce couple-là. Et je l'accepte, c'est prévu comme ça.Louise DesChâtelets


Mais est-ce risqué de coanimer avec Jean-Sébastien Girard? Pour en savoir plus sur cette complicité et sur le défi que représente l'animation d'un gala, voyez la vidéo ci-dessus.

BONUS VIDÉO: Le Courrier de Louise et... une réflexion sur la violence des réseaux sociaux.