POLITIQUE

Candidate pour Denis Coderre malgré une enquête de l'UPAC

Le maire Denis Coderre a confirmé sa confiance à l'égard de sa candidate.

07/09/2017 16:52 EDT | Actualisé 07/09/2017 16:52 EDT
Équipe Denis Coderre

La candidate d'Équipe Denis Coderre pour la mairie d'Anjou soulève quelques questions. Angela Mancini est présidente de la English Montreal School Board, une commission scolaire qui fait présentement l'objet d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et d'une vérification interne du ministère de l'Éducation.

Mme Mancini et sa commission scolaire ont fait les manchettes à plusieurs reprises depuis près d'un an. En novembre dernier, 12 cadres supérieurs ont signé une lettre accusant Mme Mancini et son équipe de commissaires de s'ingérer dans le travail des employés. Le harcèlement psychologique y est évoqué.

Mme Mancini a également été accusée de népotisme lorsque les commissaires ont tenté d'offrir un poste au beau-frère d'une des commissaires.

L'UPAC a confirmé en décembre qu'elle mène une enquête sur la EMSB ainsi que la Lester B. Pearson School Board. Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a lancé une vérification interne sur l'attribution «d'extras» dans les contrats de réfection des écoles.

Selon le ministère de l'Éducation, le rapport de la vérificatrice a été déposé et est présentement à l'étude.

L'UPAC n'a pas souhaité commenter l'enquête.

Présomption d'innocence

Jeudi, le maire Denis Coderre a confirmé sa confiance à l'égard de sa candidate.

«Je pense qu'il n'y a pas de problème en ce sens. Il y a la présomption d'innocence. On peut faire toutes sortes de spéculations, mais il faut faire attention. Je ne vois pas comment on pourrait jouer avec l'intégrité de Mme Mancini présentement», affirme-t-il.

M. Coderre rappelle que ses candidats ont un formulaire de 30 pages à remplir et qu'une enquête de sécurité est menée sur chacun d'entre eux.

Angela Mancini n'a pas répondu à la demande d'entrevue du HuffPost Québec.

Le «test Louis-Hébert»

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, estime qu'il est du devoir de M. Coderre que ses candidats soient «des exemples pour les Montréalais et les Montréalaises».

«Je pense que comme chef de parti on a le devoir de s'assurer que les gens qui seront candidats vont représenter nos valeurs. M. Coderre devra défendre sa candidate», affirme-t-elle en entrevue au HuffPost Québec.

Son attaché de presse, Marc-André Viau, ajoute que la candidature de Mme Mancini ne passe pas le «test Louis-Hébert», en référence aux déboires du candidat libéral dans cette circonscription, Éric Tétrault.

«Nous sommes ici en présence d'une candidate qui ne passerait même pas le test de Louis-Hébert, la nouvelle référence en matière d'acceptabilité de candidature. Visiblement, le filtre Coderre de 2013 est passé à la trappe en 2017, tout comme la majorité de ses promesses électorales», affirme M. Viau.

Rappelons que M. Tétrault a dû retirer sa candidature à la suite d'allégations de harcèlement psychologique alors qu'il était cadre chez ArcelorMittal. Il avait préalablement fait l'objet de reportages concernant sa présence dans la loge de Lino Zambito lors d'un concert de Céline Dion.

Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, n'a pas souhaité commenter la situation de sa nouvelle rivale.

«J'ai entendu certaines choses entre les branches, mais je ne suis pas au courant de toutes les allégations. [...] J'essaie d'être le plus positif possible dans ma campagne électorale», affirme-t-il au HuffPost Québec.

Une longue liste de scandales

- Octobre 2016: la EMSB retire un vote pour offrir un poste administratif au beau-frère d'une des commissaires, Sylvia Lo Blanco. Selon divers reportages, les cadres de la commission scolaire s'opposaient à cette nomination parce que l'homme, Jason Trudeau, n'avait pas les compétences requises. Sa nomination a été retirée, mais il a obtenu un des postes de commissaire réservés aux parents des enfants de la commission.

- Novembre 2016: 12 cadres supérieurs signent une lettre dénonçant l'ingérence des commissaires élus, dont Mme Mancini, dans le travail des employés. Dans cette lettre coulée à divers médias anglophones, les cadres rappellent à Mme Mancini qu'elle doit s'assurer du maintien de la «dignité et de l'intégrité psychologique des employés».

- Novembre 2016: deux commissaires opposés à Angela Mancini dénoncent l'attribution «d'extras» dans les contrats de réfection aux écoles. Ils demandent au ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, de mettre sous tutelle la EMSB.

- 25 novembre 2016: le ministre Proulx confirme qu'il enverra une vérificatrice à l'EMSB et à la Commission scolaire Lester B. Pearson pour faire le point sur les extras et sur des «irrégularités», notamment concernant la diplomation et le financement de certains programmes.

- 13 décembre 2016: Mme Mancini annonce que l'EMSB coupe les liens avec un controversé recruteur d'étudiants asiatiques. Selon divers reportages, certains recruteurs prenaient l'argent des étudiants en leur promettant un visa d'études au Canada, visa qui n'est finalement jamais venu. Les programmes internationaux et les programmes de formation professionnelle, tous deux visés par la vérification ministérielle, seraient les vaches à lait de l'EMSB.

- Février 2017: un cadre supérieur de l'EMSB annonce qu'il tire sa révérence. Il estime que certains employés de la commission scolaire sont l'objet de commentaires diffamatoires de la part des commissaires.

- 12 avril 2017: Radio-Canada révèle que le ministère de l'Immigration doute de la qualité des cours de français offerts par l'EMSB dans le cadre d'un programme de francisation des travailleurs immigrants. Ce programme ferait aussi partie de l'enquête de l'UPAC et de la vérification ministérielle.

VOIR AUSSI: