NOUVELLES

Jaggi Singh dit avoir été victime d'un «spectacle légal»

Le militant altermondialiste a été libéré sous conditions après une journée d’audiences à Québec.

31/08/2017 13:55 EDT | Actualisé 31/08/2017 13:55 EDT

Libéré sous conditions après une journée d'audiences à Québec, le militant altermondialiste Jaggi Singh a dénoncé le «spectacle légal» dont il a été victime après avoir emprunté l'identité de l'ancien joueur des Nordiques, Michel Goulet.

M. Singh a comparu à la cour municipale de Québec, mercredi, en lien avec la manifestation «antiraciste» du 20 août dernier. Il a été accusé d'entrave au travail des policiers et de supposition de personne, mais a plaidé non-coupable.

«Cet épisode entier est ridicule, drôle et troublant à la fois, mais aussi une distraction face à la problématique réelle: la confrontation collective et l'opposition à la montée de l'extrême-droite raciste et anti-immigrant-e-s au Québec et ailleurs», a-t-il écrit sur sa page Facebook, dans la nuit de mercredi à jeudi.

LA PRESSE CANADIENNE

«D'autres aspects de cette cause s'ajoutent à la farce: être arrêté et menotté dans un restaurant de Montréal et conduit à Québec sur la force d'un mandat d'arrestation, emprisonné une nuit durant, paradé menotté devant les médias, l'objection de la Couronne à ma libération conditionnelle.»

Le militant dit que, normalement, les policiers auraient envoyé une «promesse à comparaître» et qu'il se serait présenté à la cour municipale, tout simplement.

À la place, il accuse le maire de Québec, Régis Labeaume, les policiers de la Capitale nationale ainsi que le juge de la cour municipale – qui a dû se récuser parce qu'il avait des biais «antimanifestants» – d'avoir été «tous complices de la manufacture d'un spectacle légal sans aucune proportion avec les charges relativement mineures et peu sérieuses».

M. Singh est le seul manifestant qui avait été arrêté, puis relâché le jour de la manifestation du 20 août à Québec.

Des contre-manifestants s'étaient rassemblés ce jour-là pour empêcher le groupe La Meute de manifester leur opposition à l'immigration. Certaines personnes masquées, qui se définissaient comme des «antifascistes», ont fait du grabuge et ont attaqué des civils.

Selon le Service de police de la Ville de Québec, d'autres personnes pourraient être arrêtées en lien avec cette manifestation.

LIRE AUSSI:

» Jaggi Singh est formellement accusé et libéré sous conditions
» BLOGUE Qui a peur de Jaggi Singh?
​​​​» Le militant Jaggi Singh réplique au maire Labeaume

La contre-manifestation à Québec tourne au vinaigre