NOUVELLES

Des policiers sauvent la vie d'un enfant de 18 mois lors d'un incendie

D'autres agents ont ensuite procédé à l'arrestation de la gardienne de l'enfant.

31/08/2017 18:30 EDT | Actualisé 31/08/2017 18:42 EDT
Michael Blann via Getty Images

Un homme en détresse psychologique, barricadé chez lui, a sauvé bien malgré lui une fillette d'un an d'une mort certaine dans un incendie.

Ce sont les policiers du groupe d'intervention, appelés à intervenir auprès du désespéré, qui se sont précipités dans un immeuble à logements en flammes en début de nuit, jeudi, dans l'est de Montréal.

Les agents du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), qui n'étaient munis d'aucun appareil respiratoire, sont entrés à l'intérieur avec les extincteurs de service qui se trouvent dans leurs voitures.

Ils ont rampé sur les planchers pour éviter la fumée et défoncé quelques portes afin de procéder à l'évacuation des résidants de l'immeuble, une quarantaine en tout.

Ils ont finalement découvert l'enfant dans une chambre, sur le sol, au troisième étage alors qu'elle était en détresse respiratoire.

La fillette, qui venait de fêter son premier anniversaire, a été transportée d'urgence à l'hôpital et s'en est tirée saine et sauve.

Huit policiers ont été incommodés par la dense fumée qui circulait dans l'immeuble en flammes; quatre d'entre eux ont dû être conduits à l'hôpital.

D'autres policiers ont ensuite procédé à l'arrestation de la gardienne de l'enfant.

Selon les premiers éléments d'enquête, la dame avait mis quelque chose au feu sur la cuisinière et avait ensuite quitté le logement.

La gardienne demeure détenue et pourrait comparaître vendredi sous des accusations de négligence criminelle, notamment.

En entrevue à Cogeco Nouvelles, la mère de l'enfant, Marie St-Amour, a expliqué qu'elle se trouvait en voyage de courte durée à Toronto.

«Ç'a toujours été une très bonne gardienne», a-t-elle dit au sujet de la suspecte.

Cette dernière lui a d'abord faussement indiqué que l'incendie s'était déclaré dans l'appartement au-dessus du sien, avant qu'elle n'apprenne la vérité.

«J'ai appris durant la soirée que c'était mon appartement qui avait pris feu parce qu'elle avait laissé quelque chose sur (la cuisinière)», a dit la mère.

La pauvre femme a ensuite appris que le comportement de la suspecte s'était avéré extrêmement inquiétant. «Quand elle a vu qu'il y avait le feu, elle a été chez moi sauver son chien. Elle a laissé mon chien, mon chat et ma fille dans l'appartement», a-t-elle dit.

LIRE AUSSI:
» Montréal-Nord: un établissement est incendié pour une 3e fois

Voir également:

Incendie dans le Vieux-Montréal