NOUVELLES

8 infos pour comprendre l'importance de la Place Bell

31/08/2017 13:24 EDT | Actualisé 31/08/2017 14:22 EDT

«Depuis des années, Laval passe sous l'ombrage de Montréal. Maintenant, les journalistes sportifs et culturels seront désormais condamnés à garder un pied à Laval», a affirmé le maire de Laval Marc Demers jeudi, lors de l'inauguration de la toute nouvelle Place Bell.

Voici 8 informations essentielles pour comprendre l'importance de la nouvelle maison du club-école du Canadien pour la couronne Nord et pour le Grand Montréal.

» Voyez aussi notre galerie-photo de la visite en fin d'article!

10 000 places pour le Rocket de Laval

Olivier Robichaud

Le club-école du Canadien, rebaptisé le Rocket de Laval depuis leur déménagement de Saint-John's, jouira d'installations neuves d'une qualité égalant certaines équipes de la Ligue nationale selon M. Demers. Le nouvel aréna compte 10 000 sièges, soit environ la moitié de ce qu'on trouve au Centre Bell, à Montréal. Selon Geoff Molson, propriétaire et président du Canadien, la vente de billets s'annonce bonne: environ 3000 billets de saison ont déjà été vendus.

Deux glaces communautaires pour les clubs sportifs locaux

Olivier Robichaud

La Place Bell compte une autre patinoire de hockey de 500 places, réservée cette fois aux clubs de hockey mineurs. Une troisième glace de taille olympique comptant 2500 sièges accueillera les athlètes de sports comme le patinage de vitesse et le patinage artistique. Des installations pour les chaînes télévisées sont prévues lors de compétitions majeures.

40 spectacles pour la première année

Paméla Lajeunesse

Le volet culturel du nouveau complexe est géré par evenko, filiale du Groupe CH. L'entreprise souhaite organiser entre 40 et 50 jours de spectacles de grande envergure à la Place Bell. L'aréna du Rocket peut même être modifié pour accueillir jusqu'à 12 000 spectateurs. Une douzaine de spectacles comptant 21 représentations au total sont déjà planifiées. Selon evenko, il s'agira d'un complément à l'offre culturelle présentée au Centre Bell, qui évitera ainsi les spectacles qui remplissent seulement le tiers des sièges.

2 frères, 2 légendes, 2 arénas Bell

Archives de la Ville de Montréal

Tout comme son frère Maurice, Henri Richard aura sa statue dans un grand aréna de hockey. Alors que le Rocket trône à l'entrée du Centre Bell, la Place Bell accueillera une statue du «Pocket Rocket». Résident de longue date de Laval, Henri Richard demeure le joueur le plus titré de l'histoire de la Ligue nationale de hockey avec 11 conquêtes de la Coupe Stanley.

10 000 places... 700 cases de stationnement

Olivier Robichaud

Le problème du stationnement a causé de nombreux maux de tête à l'administration Demers. Le premier site prévu pour le projet, à l'ouest de l'autoroute 15, devait compter 12 000 cases de stationnement. Il en aura finalement 700 après le déménagement au site actuel. La Ville a modifié son règlement de zonage pour permettre aux automobilistes de se stationner dans les nombreux commerces environnants en dehors des heures d'ouverture des magasins. L'opposition à l'hôtel de ville craint tout de même que les rues résidentielles du secteur soient envahies par les amateurs de hockey, mais le maire Demers souligne que Laval compte plus de cases de stationnement que n'importe-quelle autre ville du Québec. La Place Bell est aussi très bien desservie en transports en commun, puisqu'elle se situe à un jet de pierre de la station de métro et du terminus d'autobus Montmorency.

Deux fois plus cher que prévu

Olivier Robichaud

Au début du processus, la Ville de Laval entrevoyait un projet de 93 M$. Le projet a toutefois pris de l'ampleur en termes de sièges et d'installations et la facture a gonflé à 152 M$. Après le départ de Gilles Vaillancourt, la nouvelle administration de Marc Demers a estimé qu'il fallait déboursé environ 200 M$ pour mener le projet à terme.

Retards, audit, poursuite

The Canadian Press
Laval Mayor Gilles Vaillancourt speaks to reporters about allegations of offering improper campaign contributions Tuesday, November 16, 2010 in Laval, Quebec.THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

La Place Bell a aussi été inaugurée trois ans plus tard que prévu. La Ville, sous l'administration de Gilles Vaillancourt, a notamment dû changer de site après que le ministère de l'Environnement ait refusé de lui accorder les permis pour le site situé à l'ouest de l'autoroute 15. Les sols étaient jugés trop instables et trop contaminés. Le gouvernement provincial a ensuite mené un audit entre 2012 et 2014 concernant certaines irrégularités. L'audit n'a finalement trouvé aucune lacune majeure, même si l'avocat du parti de M. Vaillancourt, Pierre Lambert, faisait partie du comité de sélection qui a mené à l'octroi du contrat à evenko. Québecor, qui était aussi en lice pour la gestion du volet culturel, a d'ailleurs poursuivi la Ville et evenko. L'affaire a été réglée hors cour cet été.


Moteur de développement du centre-ville

Olivier Robichaud

Malgré les retards et la facture, le maire Marc Demers se défend d'avoir accouché d'un «éléphant blanc». «Déjà, le projet a attiré de nouveaux immeubles résidentiels et commerciaux au centre-ville de Laval. Les investissements privés totaliseront près de 1 G$ d'ici cinq ans. Le projet sera au cœur d'un quartier urbain qui sera l'emblème de Laval», a-t-il déclaré. Le maire souligne aussi que les nombreux matchs et les spectacles attireront chaque semaine des milliers de personnes à proximité des commerces du centre-ville.

Visite de la Place Bell de Laval