POLITIQUE

La CAQ demande au ministre Blais de retirer ses «propos méprisants»

Il s’en est pris personnellement à la députée Nathalie Roy plus tôt en journée.

30/08/2017 16:34 EDT | Actualisé 31/08/2017 13:18 EDT

QUÉBEC – Les attaques personnelles du ministre de la Famille, François Blais, à l'endroit de la députée caquiste Nathalie Roy ne passent pas.

La Coalition avenir Québec (CAQ) demande à M. Blais de retirer « immédiatement » ses « propos méprisants » tenus à l'entrée du conseil des ministres, mercredi matin.

En réaction aux critiques de Mme Roy, qui accuse le gouvernement d'improvisation dans le dossier des demandeurs d'asile, il y est allé d'une déclaration qui en a surpris plusieurs. « Je ne pense pas que Mme Roy a déjà géré quelque chose dans sa vie », a-t-il laissé tomber.

« Je suis toujours étonné, depuis que je suis en politique, d'entendre des gens, notamment de la CAQ, faire des déclarations sur tout et rien, alors qu'ils n'ont pas nécessairement montré qu'eux-mêmes étaient en mesure de gérer des questions aussi complexes », a continué M. Blais, invité à clarifier ses propos.

Dans un communiqué, Mme Roy dit qu'elle « ne peut tolérer de tels propos méprisants et condescendants » alors qu'elle s'exprimait dans le cadre de son travail. L'ex-journaliste et chef d'antenne refuse également de « se faire donner la leçon » par les libéraux.

« C'est la bonne vieille recette libérale: diaboliser et mépriser ceux qui ne pensent pas comme eux, affirme la députée de Montarville. Rabaisser ses adversaires en s'attaquant à eux personnellement, ce n'est pas ce que les Québécois attendent de leur ministre. »

Le leader parlementaire adjoint de la CAQ, Éric Caire, demande quant à lui si M. Blais a une perception aussi négative de ses collègues Véronyque Tremblay et Christine St-Pierre, qui sont également d'ex-journalistes. Il invite le ministre à présenter ses excuses.

Le ministre Blais a déclaré peu de temps après qu'il n'avait pas voulu offenser Mme Roy avec ses propos.

LIRE AUSSI:

» Gaétan Barrette traite les caquistes de «bougonneux»
» Cible des critiques souverainiste, Jean-François Lisée persiste et signe
» Louis-Hébert: des affiches électorales en vue d'un scrutin le 2 octobre