NOUVELLES

Culture Montréal publie sa «liste d'épicerie» en vue des élections municipales

L'organisme souhaite obtenir des «engagements concrets» de la part des politiciens en vue des prochaines élections.

29/08/2017 06:03 EDT | Actualisé 29/08/2017 06:03 EDT
Olivier Robichaud

L'organisme Culture Montréal a dressé une liste de 26 propositions pour développer la culture à Montréal. Il souhaite obtenir des «engagements concrets» de la part des politiciens en vue des prochaines élections, notamment en ce qui concerne la place du français à Montréal.

Argent, soutien, espaces: la liste de demandes de Culture Montréal est longue. Elle doit permettre à Montréal de poursuivre sur la lancée de son 375e anniversaire pour «accélérer l'édification d'une métropole culturelle inclusive, créative, rayonnante, durable et enracinée dans son territoire».

«Nous croyons qu'il s'agit d'idées concrètes, réalisables et mesurables et qui peuvent faire une différence pour les citoyens et les milieux culturels», lit-on dans le document.

Langue française

L'organisme, qui regroupe des hommes et des femmes issus du milieu des arts et de la culture, souhaite encourager la diversité culturelle. Culture Montréal souhaite notamment que la Ville appuie l'initiative DestiNations, qui vise à offrir à la communauté autochtone un lieu de recherche, de production et de diffusion culturelle.

La diversité ne doit toutefois pas se faire au détriment du français. Au contraire, l'organisme réclame que la Ville «réalise un plan d'action pour renforcer l'usage du français comme langue commune dans l'espace public et la personnalité de Montréal comme premier centre de la francophonie en Amérique».

«La trajectoire de Montréal, métropole francophone des Amériques, est celle d'une ville polyglotte, cosmopolite, plurielle et ouverte, dont le caractère distinctif est intrinsèquement lié à son statut de ville francophone», souligne l'organisme.

Des appels à un renforcement de la Charte de la langue française se font entendre à nouveau depuis que Statistique Canada a publié une étude tirée du recensement, qui indiquait de façon erronée que le français perdait du terrain face à l'anglais. Après révision, le français a bel et bien reculé, mais pas autant que ce que la société d'État avait d'abord rapporté.

Une manifestation en ce sens a été organisée samedi, à Montréal. Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a promis une «loi 202» qui obligerait les immigrants à passer un test de français.

Le HuffPost Québec a demandé une réaction au cabinet du maire Denis Coderre, ainsi qu'au parti d'opposition Projet Montréal. Au moment d'écrire ces lignes, aucun n'avait répondu à notre demande.

Des lieux de diffusion

Plusieurs propositions de Culture Montréal favoriseraient la multiplication et le renforcement des lieux de diffusion. L'organisme suggère notamment l'embauche d'un agent de liaison dans chaque bibliothèque afin de diversifier et d'augmenter leurs niveaux de fréquentation.

«Sans négliger l'offre, Culture Montréal considère qu'il faut de plus en plus mettre l'accent sur la question de la demande, compte tenu d'un important rattrapage à effectuer. Par exemple, les bibliothèques montréalaises comptent à peine 30% d'abonnés, moitié moins que les autres grandes villes canadiennes», lit-on dans le document dévoilé lundi.

Culture Montréal insiste également sur deux importants projets d'infrastructures, soit la bibliothèque Saint-Sulpice et le Théâtre de Verdure. Bibliothèque et Archives nationales du Québec doit bientôt installer un centre technologique pour adolescents dans l'ancienne bibliothèque des Sulpiciens et Culture Montréal souhaite que la Ville se fasse plus insistante.

Quant au Théâtre de Verdure, les installations sont fermées depuis quatre ans à cause de leur vétusté et les plans de rénovation ont été rejetés deux fois par le Conseil du patrimoine. Culture Montréal souhaite que ce dossier avance plus rapidement.

Vive le nightlife!

Culture Montréal accueille favorablement l'idée, lancée par le maire Coderre en 2014, de permettre l'ouverture des bars jusqu'à 6h le matin. À condition que cela s'inscrive dans une vision d'ensemble pour le nightlife montréalais.

M. Coderre a tenté de lancer un projet-pilote en ce sens en 2014, mais il s'est fait rabrouer par la Régie des alcools, des jeux et des courses. Celle-ci estimait que la Ville n'était pas suffisamment documentée pour obtenir le permis requis pour les 19 bars du projet-pilote.

Le projet de loi sur le statut de métropole permettra toutefois à la Ville de gérer elle-même les heures d'ouverture des bars.

L'argent, nerf de la guerre

Culture Montréal a proposé des pistes pour financer ses demandes. L'organisme suggère notamment la mise sur pied d'une taxe sur l'affichage dont les recettes seraient dédiées à la culture.

«Nous encourageons la Ville à explorer de nouvelles sources de financement continu pour les arts et la culture, notamment la perception d'une taxe dédiée sur les panneaux d'affichage, une mesure qui a déjà fait ses preuves à Toronto et à Vancouver», affirme Lisa Frulla, ex-ministre de la Culture et présidente de Culture Montréal.

L'organisme souhaite aussi que la Ville adopte rapidement un plan d'action pour mettre en application la Politique de développement culturel annoncée en juin et que les sommes allouées soient enchâssées dans le budget 2018.

L'ensemble des 26 propositions peuvent être lues ici.