NOUVELLES

8 milliards $ d’investissements pour améliorer le service de la STM

Une amélioration «sans précédent du service de métro» d’ici 2025.

29/08/2017 13:50 EDT | Actualisé 29/08/2017 20:10 EDT
Olivier Robichaud
Philippe Schnobb, président de la STM; Denis Coderre, maire de Montréal; Aref Salem, responsable du transport au sein du comité exécutif; Elsie Lefebvre, vice-présidente de la STM.

La Société de transport de Montréal (STM) promet une amélioration «sans précédent du service de métro» d'ici 2025, grâce à des investissements totalisant 8 G$.

La STM a dévoilé aujourd'hui son plan stratégique 2025. Elle promet une augmentation de 27% du service de métro grâce notamment à l'arrivée progressive des trains de métro Azur et de la construction du nouveau garage Côte-Vertu.

Le nouveau garage doit permettre d'augmenter la fréquence du métro sur la ligne orange, alors que les trains Azur peuvent transporter 8% plus de gens que les modèles plus âgés.

Cet objectif ne tient pas compte du prolongement de la ligne bleue, qui doit se concrétiser en 2025. Il ne tient pas compte non plus de l'impact du futur Réseau électrique métropolitain sur l'achalandage du métro ou du réseau d'autobus.

Le transporteur montréalais compte aussi augmenter de 12% l'offre de service de bus, notamment par la refonte complète de son réseau. Parallèlement, la STM remplacera une partie de sa flotte par des véhicules hybrides et électriques et ajoutera 334 autobus à son parc d'autobus.

À partir de 2025, tous les nouveaux autobus de la STM seront électriques.

Ces objectifs s'inscrivent dans une perspective d'améliorer l'expérience des usagers du transport en commun.

«Nous sommes reconnus comme étant un excellent transporteur. Nous voulons maintenant être reconnus comme un excellent transporteur de personnes», lance le président de la STM, Philippe Schnobb.

Nouvelles applications mobiles

M. Schnobb a souligné que la nouvelle application iBus sera disponible d'ici la fin de l'année. Cette application permettra aux usagers de voir en temps réel où se trouve leur autobus, entre autres.

iBus ne sera toutefois que le début d'une nouvelle stratégie de mobilité de la STM, qui souhaite avoir une application unique pour payer le métro, l'autobus, le train, le Bixi, l'autopartage et le Réseau électrique métropolitain.

«Nous sommes en discussion avec les autres transporteurs et les partenaires privés pour créer une plateforme unique. On aurait une clé pour aller partout, un seul compte et une seule facture à la fin du mois», explique le président de la STM.

M. Schnobb n'a toutefois pas précisé de budget ou d'échéancier pour cette mesure.

41 stations accessibles

La STM a réitéré sa promesse d'ajouter des ascenseurs dans 31 stations d'ici 2025, contre 10 actuellement, afin d'améliorer l'accès pour les personnes à mobilité réduite. Le choix de neuf de ces stations n'a pas encore été confirmé. La STM affirme toutefois être en négociations pour ajouter un ascenseur à la station Longueuil – Université de Sherbrooke.

En 2016, la STM avait soulevé l'ire de certains observateurs en annonçant l'ajout d'un ascenseur à la station Jean-Drapeau. Puisqu'aucun ascenseur ne mène aux autres stations de la ligne jaune, les utilisateurs en provenance du parc Jean-Drapeau se trouveraient dans une fâcheuse situation à leur sortie du métro.

L'opposition sceptique

La STM compte injecter 8 G$ d'argent public afin de mener à terme ses projets. C'est plus du double de ce qui a été investi au cours des dix dernières années.

Craig Sauvé, porte-parole de Projet Montréal, doute toutefois que la STM soit capable d'atteindre ses objectifs.

«En analysant le plan 2020, on est très loin des cibles qu'on s'est donnés pour 2020 en termes d'achat d'autobus, en termes d'achalandage, en termes de kilomètres parcourus par autobus. Nous n'avons pas la confiance que cette administration va être en mesure de mener à terme les mesures qui sont promises aujourd'hui», affirme le conseiller municipal du district Saint-Henri—Petite-Bourgogne—Pointe-Saint-Charles, dans l'arrondissement du Sud-Ouest.

Le plan stratégique 2020 prévoyait l'implantation d'une ligne de tramway, un projet aujourd'hui abandonné. Le prolongement de la ligne bleue et l'implantation d'un système rapide par bus (SRB) dans l'axe du boulevard Pie IX y figuraient aussi, mais ces deux projets ne seront terminés qu'en 2025 et 2022 respectivement.

Par ailleurs, seulement 30% du montant annoncé sera affectée aux nouveaux projets. Le reste servira à réduire le déficit d'entretien des infrastructures. La STM conservera d'ailleurs un manque à gagner de 2,8 G$ pour le maintien de ses équipements, contre 4,1 G$ actuellement.

Philippe Schnobb réplique que, pour la première fois de son histoire, la STM est maître-d'œuvre des projets qu'elle met de l'avant, notamment concernant le métro. La société de transport n'aura donc pas à attendre après d'autres ordres de gouvernement. Le financement des projets annoncés serait par ailleurs déjà confirmé.

«Ceci n'est pas une liste de souhaits pour l'avenir. C'est une liste de projets qui vont se faire parce que les fonds sont disponibles», martèle M. Schnobb.

Parallèlement, M. Sauvé estime que le plan stratégique annoncé mardi «manque d'ambition». Il affirme que Projet Montréal annoncera des mesures pour augmenter la capacité de service de la STM lors de la campagne électorale qui arrive à grands pas.

La chef Valérie Plante a annoncé son intention de créer une nouvelle ligne de métro lors de la course à la chefferie du parti. M. Sauvé affirme que le transport en commun sera le «cheval de bataille» de Projet Montréal.

Plus de détails à venir.

LIRE AUSSI:
» Québec investit 330 M$ dans le métro de Montréal
» 254 M$ pour le nouveau centre de transport de la STM
» Quiz: connais-tu ta STM?

VOIR AUSSI: