NOUVELLES

Donald Trump gracie l'ex-shérif Joe Arpaio, et le conseiller Sebastian Gorka quitte la Maison-Blanche

L'ancien shérif avait été reconnu coupable d'outrage au tribunal.

26/08/2017 09:09 EDT | Actualisé 26/08/2017 09:09 EDT

Le président Donald Trump a gracié vendredi le shérif à la retraite Joe Arpaio, qui avait été reconnu coupable d'outrage au tribunal dans une cause portant sur l'immigration.

La Maison-Blanche a déclaré que l'ex-shérif de 85 ans, du comté de Maricopa, en Arizona, était un "candidat digne" pour une grâce présidentielle.

Joe Arpaio, qui avait appuyé la candidature de Donald Trump en campagne électorale, a été reconnu coupable d'avoir intentionnellement défié l'ordre d'un juge de mettre fin aux contrôles routiers qui visaient les immigrants.

Certains accusent l'ex-shérif d'avoir séparé des familles de nouveaux arrivants, alors que ses patrouilleurs avaient été reconnus coupables en 2013 de profilage racial contre des Latino-Américains.

On lui reproche également de s'être montré cruel envers des détenus en les hébergeant dans des campements en pleine canicule et en les forçant à porter des sous-vêtements roses.

Dans un communiqué émis vendredi soir, la Maison-Blanche a déclaré que "durant tout son mandat comme shérif, Joe Arpaio a poursuivi le travail auquel il a dédié sa vie: protéger le public des fléaux de la criminalité et de l'immigration clandestine".

Cette annonce survient trois jours après que Donald Trump eut laissé entendre qu'il avait l'intention de gracier M. Arpaio, lors d'un rassemblement au centre-ville de Phoenix.

"Alors, le shérif Joe a été reconnu coupable d'avoir fait son travail? Je vais vous faire une prédiction. Je pense qu'il va très bien s'en sortir", avait-il lancé devant ses partisans.

Par ce premier pardon présidentiel, Donald Trump lui épargne une possible peine de prison.

Donald Trump et Joe Arpaio avaient tous deux mis en doute l'authenticité de l'acte de naissance du président Barack Obama et ils ont un historique similaire d'affrontements avec des magistrats.

Le controversé Gorka quitte ses fonctions

Sebastian Gorka, un conseiller controversé du président américain Donald Trump, a quitté la Maison-Blanche, a déclaré vendredi un responsable de l'administration.

Des informations contradictoires circulaient dans les médias sur la question de savoir si M. Gorka, 46 ans, avait été relevé de ses fonctions ou s'il avait démissionné.

"Sebastian Gorka n'a pas démissionné, mais je peux confirmer qu'il ne travaille plus pour la Maison-Blanche", a déclaré un responsable de l'administration Trump sous le couvert de l'anonymat.

M. Gorka a été accusé par ses détracteurs d'avoir des liens avec des groupes d'extrême droite, et d'autres ont mis en doute les compétences qu'il dit avoir dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Le départ de M. Gorka intervient peu après les départs récents de plusieurs autres membres de l'équipe rapprochée de M. Trump, dont son conseiller spécial Steve Bannon, son porte-parole Sean Spicer, son directeur de la communication Anthony Scaramucci et le secrétaire général de la Maison-Blanche Reince Priebus.

LIRE AUSSI:
» Trump et le Congrès pris entre le marteau et l'enclume
» Ce conseiller du gouvernement a caché une surprise dans sa lettre de démission à Trump
» Trump remercie son ex-conseiller Steve Bannon pour ses services