POLITIQUE

Québec solidaire attire en masse les candidatures

Un grand intérêt en vue des élections générales de l'année prochaine.

24/08/2017 19:36 EDT | Actualisé 24/08/2017 19:36 EDT
Journal Métro

Les candidatures affluent en grand nombre à Québec solidaire (QS) en vue des élections générales de l'an prochain.

Cet intérêt est sans précédent pour ce petit parti, a fait savoir le député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, dans une entrevue avec La Presse canadienne jeudi.

Les trois élus de QS tiendront leur caucus préparatoire de la rentrée parlementaire à compter de vendredi à Orford, pour deux jours, où ils discuteront des préparatifs du scrutin général de 2018.

«Beaucoup de gens veulent se présenter (pour nous), a affirmé M. Nadeau-Dubois dans un entretien téléphonique. Ça, c'est une nouveauté, c'est la preuve qu'on a le vent dans les voiles, parce que jusqu'à récemment, on avait plus de difficulté à recruter des candidatures.»

Dorénavant, des personnes contactent le parti et demandent à pouvoir porter sa bannière dans certaines circonscriptions, un signe que «les choses changent», a soutenu M. Nadeau-Dubois, qui a été élu à la fin de mai en remportant le siège de Gouin laissé vacant par sa prédécesseure de QS, Françoise David.

Cependant, le député n'avait pas de statistiques sur nombre de candidatures proposées ou de curriculum vitae reçus au parti. Une responsable de la formation a indiqué que ces informations seraient rendues publiques plus tard.

La Coalition avenir Québec (CAQ) avait déjà soutenu qu'elle recevait des centaines de curriculum vitae cette année, mais M. Nadeau-Dubois a répliqué qu'il fallait «faire attention à l'enflure et à la vantardise».

Le co-porte-parole de QS a aussi indiqué que les exécutifs locaux et la direction nationale avaient entrepris des démarches pour approcher des personnalités qui pourraient porter la bannière solidaire aux élections. Des assemblées d'investiture auront lieu l'automne prochain et au printemps.

Dans le même ordre d'idée, la mise sur pied de la machine électorale fera aussi partie des échanges entre les trois députés: formation des organisateurs, pointage, pose des pancartes, etc.

Après avoir connu une hausse importante de son nombre de membres au printemps dernier lors de l'arrivée de M. Nadeau-Dubois, le parti voit ses effectifs se stabiliser à près de 17 000 membres.

Par ailleurs, les priorités de QS pour la session parlementaire à venir sont notamment l'économie, parce qu'elle ne va pas si bien que ce qu'en dit le gouvernement libéral, a soutenu M. Nadeau-Dubois.

«Les conditions de vie et le pouvoir d'achat des travailleurs se détériorent, tandis que le nombre d'épuisements professionnels est en hausse», a-t-il argué.

Également, la montée de l'extrême droite sera un thème auquel QS veut s'attaquer, avant qu'il ne soit trop tard, a indiqué le député.

«Le climat est inquiétant, il n'y a pas encore lieu de paniquer, mais il est inquiétant. Il faut s'attaquer à ce problème pendant qu'il est encore marginal, parce que si on attend qu'il prenne de l'ampleur, on va se retrouver dans la situation des États-Unis.»

Selon lui, les élus devront avoir un «discours impeccable», pour débattre notamment de l'enjeu des demandeurs d'asile haïtiens, en évitant par exemple de parler d'eux en évoquant un «fardeau financier».

Et il faudra aussi s'attaquer au problème de fond, c'est-à-dire les politiques migratoires du président Donald Trump que le Canada doit dénoncer, a conclu M. Nadeau-Dubois.

À VOIR: