NOUVELLES

Couillard le donneur de leçons va se faire donner une leçon, selon Legault

Le débat sur les demandeurs d'asile reviendra le hanter, croit-il.

24/08/2017 13:13 EDT | Actualisé 24/08/2017 15:57 EDT
PC

Philippe Couillard "le donneur de leçons en chef" va se faire donner une leçon à la prochaine élection complémentaire dans la circonscription de Louis-Hébert, a déclaré le chef caquiste François Legault jeudi.

Il revenait ainsi sur le débat actuel relatif à l'immigration, avec l'afflux massif au Québec de demandeurs d'asile haïtiens en provenance des États-Unis. Il s'agit d'un autre épisode dans les guerres de mots que se livrent le premier ministre et le chef de la deuxième opposition depuis quelques semaines sur ce thème.

"Le comble a été atteint dans les dernières semaines", a dit M. Legault dans une conférence de presse jeudi matin pour présenter son candidat à la complémentaire, Normand Sauvageau, un retraité issu du monde des affaires.

"Philippe Couillard a fait la leçon aux Québécois sur leur tolérance face à l'immigration, et ça je pense que ça va se retourner contre lui et dans l'élection de Louis-Hébert, c'est lui qui va se faire donner une leçon."

Philippe Couillard a attaqué fréquemment ses adversaires politiques dans cette crise migratoire. Il a notamment dit qu'il avait choisi son camp, celui de s'opposer au racisme et à la xénophobie, tandis que d'autres prônent subtilement ou non le racisme et la xénophobie.

Le chef libéral avait aussi demandé à M. Legault s'il voulait "bâtir un mur", parce qu'il avait dit que le Québec était une passoire et qu'il fallait refouler les arrivants aux frontières.

C'était la première fois que le chef caquiste prenait la parole depuis les événements de dimanche dernier, quand des militants du groupe La Meute ont manifesté à Québec, malgré une contre-manifestation de leurs opposants d'extrême gauche qui a tourné à la casse.

François Legault a déclaré pour sa part qu'il "n'aime pas les extrêmes", tout comme la "très, très grande majorité des Québécois", selon lui. Il a donné raison au maire de Québec, Régis Labeaume, qui a demandé à la classe politique de "se réveiller" sur la "montée de l'extrême droite".

Selon le chef caquiste, c'était une autre leçon à Philippe Couillard, parce que les Québécois n'ont pas aimé la façon dont le premier ministre a traité la crise des demandeurs d'asile.

"Le fait qu'on ignore les inquiétudes des Québécois, c'est peut-être ce qui explique une certaine montée de l'extrême droite", a affirmé M. Legault, en ajoutant que quand le chef libéral condamne ceux qui posent des questions dans ce débat, "il jette de l'huile sur le feu".

Le chef péquiste Jean-François Lisée a aussi abondé dans le sens de M. Legault jeudi. Dans une conférence de presse, il a laissé entendre que le premier ministre hérissait les Québécois en jetant des anathèmes.

"Il y a des conditions qui sont créées. Et lorsqu'un premier ministre vous dit à répétition depuis trois ans que, si vous êtes en désaccord avec lui, vous êtes raciste et xénophobe, bien il y a du monde que ça braque."

La complémentaire dans Louis-Hébert, dans la région de Québec, est rendue nécessaire en raison de la démission du député libéral Sam Hamad le 27 avril dernier. Les libéraux ont présenté leur candidat, Éric Tétrault, la semaine dernière, mais le premier ministre n'a pas encore déclenché l'élection.

LIRE AUSSI:
» Éric Tétrault confirmé dans Louis-Hébert
» Un ancien directeur des communications de Jean Charest candidat libéral dans Louis-Hébert