NOUVELLES

Pays-Bas: deux arrestations après le concert annulé

Le périmètre de sécurité a été levé jeudi à Rotterdam.

23/08/2017 16:24 EDT | Actualisé 24/08/2017 14:59 EDT
Getty Images/iStockphoto

La police néerlandaise a déclaré jeudi avoir reçu une information "concrète" de l'Espagne sur un projet d'attentat contre un concert du groupe rock californien Allah-Las mercredi soir à Rotterdam, annulé à la dernière minute.

La nature et les circonstances de la "menace terroriste" qui a provoqué l'annulation du concert restaient cependant floues alors que les autorités ont dévoilé les premiers éléments de l'enquête après l'arrestation de deux hommes.

La police néerlandaise a reçu de son homologue espagnole "une information concrète qu'un attentat serait commis à cette date, à cet endroit, contre ce groupe de rock", a déclaré jeudi à l'AFP le chef de la police de Rotterdam Frank Paauw.

C'est une "combinaison de facteurs" qui a poussé les autorités à annuler à la dernière minute le concert, a déclaré de son côté le ministre néerlandais de l'Intérieur et de la Justice Stef Blok à la radio privée BNR.

Outre l'avertissement reçu de la police espagnole vers 17h30 (15h30 GMT), l'individu arrêté jeudi vers 02h00 (00h00 GMT) dans le Brabant (sud) avait "envoyé (un) message (de menace) après lequel nous avons dû annuler" l'événement, a souligné le ministre.

Selon lui, ce Néerlandais de 22 ans a "joué un rôle très fâcheux dans cette affaire". Un rôle encore flou que l'enquête devra déterminer.

Des doutes subsistaient également jeudi quant à l'existence ou non d'un lien entre la "menace terroriste" et l'interpellation mercredi soir d'un autre individu, un ressortissant espagnol au volant d'une camionnette immatriculée en Espagne et contenant cinq bonbonnes de gaz.

Ces deux arrestations et l'annulation du concert surviennent dans un climat tendu après les attentats en Espagne, revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui ont fait 15 morts la semaine dernière. L'enquête se poursuit sur de possibles ramifications internationales et les déplacements à l'étranger, notamment en France et en Belgique, de plusieurs membres présumés de la cellule incriminée.

A Rotterdam, le périmètre de sécurité a été levé jeudi et "la menace spécifique autour du concert est passée", a assuré à l'AFP Lennart de Jong, porte-parole du maire.

'Acte idiot'

Le Néerlandais de 22 ans arrêté dans une habitation du Brabant est "suspecté d'être impliqué dans la préparation d'un attentat terroriste", selon le chef de la police de Rotterdam.

D'après le ministre de l'Intérieur et de la Justice, il est le "diffuseur (d'un) message" de menace. Il aurait utilisé pour ce faire l'application de messagerie cryptée Telegram, régulièrement accusée d'être utilisée comme moyen de communication par des réseaux jihadistes, d'après la radio privée BNR.

Selon l'agence de presse néerlandaise ANP, il s'agit d'un étudiant qui vit à Zevenbergen, près de Breda (sud), chez ses parents actuellement en vacances.

"Nous sommes, bien sûr, très curieux d'entendre pourquoi il a commis cet acte idiot", a réagi M. Blok, selon BNR.

Quant au conducteur espagnol de la camionnette, il avait été interpellé mercredi vers 21h30 (19h30 GMT) à cent mètres de la salle de concert Maassilo, située dans une zone portuaire du sud de la ville, où était organisé le concert.

Ce technicien, qui possédait une attestation pour le transport de bonbonnes de gaz, "s'est trompé plus de deux fois de route", a souligné M. Paauw.

Toujours en détention, il devait être entendu jeudi "une fois sobre", a signalé la police de Rotterdam dans un communiqué.

Selon le chef de la police, "il semble à ce stade que nous avons plutôt affaire au mauvais homme au mauvais endroit au mauvais moment et avec le mauvais contenu dans son véhicule, qu'à du terrorisme".

De son côté, la Guardia civil espagnole "exclut qu'il était sur le point de commettre un attentat de cette manière".

L'Europe a déjà été frappée par plusieurs attaques terroristes visant des concerts. Le 13 novembre 2015, la salle de concert du Bataclan a été l'une des cibles des attaques de Paris, qui ont fait 130 personnes morts et plus de 350 blessés. Et le 22 mai, à Manchester, au nord-ouest du Royaume-Uni, 22 personnes ont été tuées et 116 blessées lors d'un attentat-suicide à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande.

Le Premier ministre néerlandais s'est dit "impressionné" par le travail des forces de l'ordre. "Je trouve cela important de voir que nous sommes alertés dès qu'il y a de sérieux signaux", a-t-il déclaré, cité par l'ANP.

Concert à Varsovie maintenu

Mercredi soir, le groupe Allah-Las, qui devait se produire à 20h30 (18h30 GMT) à Rotterdam, a été accompagné sous escorte policière hors du Maassilo.

Ses membres avaient affirmé il y a un an au quotidien britannique The Guardian avoir reçu des courriers électroniques de musulmans offensés par l'évocation d'Allah (dieu en arabe). Or, "ce n'était absolument pas notre intention", ont-ils assuré, disant avoir simplement cherché un nom "aux consonances sacrées".

Un autre concert d'Allah-Las, prévu jeudi soir à Varsovie, a été maintenu, ont indiqué les organisateurs.

Les Pays-Bas ont jusqu'ici été épargnés par la vague d'attentats qui a touché leurs voisins européens, mais les autorités restent sur leurs gardes en raison de plusieurs alertes ces derniers mois et de rapports indiquant que des individus liés aux attentats de Paris et de Bruxelles ont fait des passages dans le pays.